Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Sondages eurobaromètre : 74 % des personnes interrogées souhaitent que l’Union européenne en fasse plus pour les migrants et les réfugiés.

pdf mise en ligne :14 08 2016 ( NEA say… n° 175 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Lutte contre la criminalité

Alors que l’Union européenne doit faire face à un flux croissant de migrants et à des polémique les concernant 74% des européens souhaitent que l’Union européenne intervienne davantage qu’à l’heure actuelle sur la question migratoire, selon un récent sondage Eurobaromètre réalisé par le Parlement européen. Les deux tiers des personnes interrogées estiment que l’action actuelle de l’Union européenne est insuffisante.

Parue au cœur de l’été et des vacances estivales, cette information aurait mérité de frapper l’opinion publique européenne mais eût-elle été publiée à un moment plus opportun, rien ne garantit que son effet eût  été différent. Malheureusement, une fois de plus les gouvernements pourront continuer à s’abriter  derrière une opinion supposée réticente, pour ne pas dire hostile, à une politique migratoire positive. Soulignons que ce que révèle le sondage  pour la politique migratoire est plus ou moins du même ordre pour les autres politiques. Impunément eurosceptiques, europhobes, populistes, souverainistes pourront continuer à avancer leurs arguments usés sans craindre d’être contredits. On pourra continuer  à proclamer qu’il y a trop d’Europe et qu’elle en fait trop : au plus vite on sort de l’Europe, au mieux les européens se porteront bien etc… Alors que les attentes et les espérances sont manifestes pour une majorité des citoyens européens.

Le sondage révèle une attente pour plus d’Europe en matière migratoire, or si l’on considère ce qui a été fait depuis le lancement  de l’Agenda européen en mai 2015 (cf. « Pour en savoir plus ») cela reste considérable même si l’on doit nuancer en faisant remarquer que ce qui est proposé, n’est pas forcément adopté et que ce qui est adopté, n’est pas forcément entré en vigueur et que ce qui est entré en vigueur n’a pas forcément fait l’objet d’une évaluation  sur l’efficacité des mesures, une efficacité qui ne peut se mesurer souvent que sur le long terme, une situation difficilement acceptable. Tant l’urgence des situations apparait criante. Sur ce plan beaucoup d’observateurs font observer qu’en dépit des apparences, la crise migratoire ne connait pas de répit, voire s’accroit ou bien que la protection des enfants réfugiés est un échec !

Ce sondage Eurobaromètre(cf. « Pour en savoir plus »)a été réalisé entre le 9 et le 18 avril 2016 auprès de 27 969 personnes dans l’Union européenne. Il a été mené de manière à représenter l’ensemble de la population.

Les actes et documents législatifs de la Commission sont à l’évidence nombreux, les réponses du Parlement européen, l’est à des degrés divers tout autant. Les députés se sont penchés sur de nombreuses mesures ces derniers mois afin de trouver une réponse efficace et durable à la crise migratoire. Signalons à titre exemplatif, en mars, le Parlement a adopté un rapportsur la situation en Méditerranée et sur la nécessité d'une approche globale des migrations de la part de l'Union européenne. Les députés de la commission des libertés civiles ont approuvéen mai une proposition visant à introduire un nouveau document européen de voyage pour faciliter le retour des résidents irréguliers de pays tiers. Le 6 juillet dernier, les députés réunis en session plénière ont approuvé la créationd’un système de contrôle des frontières réunissant l'agence Frontex et les autorités de gestion des frontières nationales. Il va se pencher sur un dossier hyper sensible : l’établissement d’une liste commune des pays d’origine sûreafin d’accélérer les procédures des personnes originaires de pays considérés comme sûrs. Il lui reviendra (comme au Conseil des ministres) d’approuver la proposition de la Commission. Notons au passage  que la méthodologie pour désigner ou réviser le statut d'un pays en tant que pays d'origine sûr a également été grandement améliorée. Un processus de consultation est maintenant inclus pour permettre à des tiers, tels que le Bureau européen d'appui en matière d'asile, le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies ou des ONG, de prendre part à la tâche de la Commission qui est de surveiller la liste commune européenne.

La route des Balkans un an après. Des routes désertes….

L’an dernier des centaines  de milliers de réfugiés entraient dans le sud-est de l’Europe, la route des Balkans est désormais déserte, donnant l’impression que la tragédie humanitaire a pris fin en disparaissant des écrans de télévision du monde entier. Pourtant, la crise migratoire en Europe s’est aggravée par rapport à l’année dernière. Au moins d’un point de vu purement quantitatif . Plus de personnes entrent illégalement en Europe et le nombre de ceux qui meurent en chemin est plus élevé. Mais, contrairement à ce qui s’est passé en 2015, l’essentiel de ce qui se passe n’est plus aussi visible.

En 2015, plus d’un million de personnes ont fui les conflits en Syrie, en Irak et en Afghanistan pour l’Europe. La majorité d’entre eux ont emprunté le corridor maritime séparant la Grèce de la Turquie.

Avec la fermeture des frontières et la tentative de l’Union européenne de stopper l’arrivée des migrants, des milliers d’entre eux sont désormais bloqués dans des centres en Grèce et en Italie. Là-bas, ils sont désormais moins visibles, tout comme les nouveaux réfugiés qui gagnent encore l’Europe.

Selon les données de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), les entrées sur le sol européen ont augmenté de 17% par rapport à l’année dernière, avec un pic des arrivées en Grèce début 2016.

Le nombre de morts, causées pour la plupart par des noyades, a augmenté de 15%.

Pour David Miliband, ancien ministre britannique des Affaires étrangères qui dirige désormais le Comité international de secours (IRC), une association fondée par Albert Einstein, la crise migratoire n’est pas « un mauvais moment à passer ». La crise est appelée à durer.

« Les forces qui poussent de plus en plus de personnes à quitter leurs domiciles – des Etats faibles, des soubresauts importants dans le monde musulman, un système international divisé […] Aucune de ces choses n’est près de se calmer », a déclaré l’ancien ministre.

Plus de 140 000 demandeurs d’asile sont hébergés dans des refuges en Italie, soit sept fois plus qu’en 2013, après un nouvel afflux de migrants venus d’Afrique du nord. Les arrivées ont chuté après l’accord conclu entre l’UE et la Turquie en mars, mais 57 000 migrants étaient toujours bloqués dans le pays selon les chiffres arrêtés au 8 août. Mais après le coup d’Etat raté les migrants reprennent les chemins de la Grèce. « En déplaçant la responsabilité vers la Turquie et la Grèce, les gouvernements européens sont fondamentalement en train de dire : ‘nous avons résolu la crise car nous ne la voyons pas et nous ne la sentons pas et nous ne l’entendons pas’ », a estimé la directrice adjointe d’Amnesty International pour l’Europe, Gauri van Gulik, ajoutant que la crise migratoire était aussi importante qu’avant.

Des données de l’OIM montrent en effet que 258.186 personnes étaient entrées en Europe à la fin juillet, comparé à 219 854 personnes sur la même période de 2015. Cette année, au 7 août, 3 176 décès avaient été comptabilisés, surpassant les 2 754 morts des huit premiers mois de l’année 2015.

Ajoutons à cela toutes sortes de phénomènes erratiques qui font, par exemple, qu’en France la relocalisation des réfugiés prend du retard faute de candidats !

 

Pour en savoir plus : principales sources d’information

 

      -. Les citoyens européens demandent plushttp://www.europarl.europa.eu/news/en/news-room/20160707STO36236/migration-crisis-74-of-europeans-want-eu-to-do-more

      -. Attentes des citoyens (EN) http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/BRIE/2016/586580/EPRS_BRI%282016%29586580_EN.pdf

      -. Agenda européen :Migration http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/what-we-do/policies/european-agenda-migration/background-information/docs/communication_on_the_european_agenda_on_migration_en.pdf

      -. Ensemble des documents  législatifs http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/what-we-do/policies/european-agenda-migration/proposal-implementation-package/index_en.htm

      -. Euractiv : en dépit des apparences la crise migratoire s’accroît en Europe https://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/news/en-depit-des-apparences-la-crise-migratoire-saccroit-en-europe/

      -. Euractiv : un rapport dénonce l’échec de l’UE sur la protection des enfants réfugiés  https://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/news/en-depit-des-apparences-la-crise-migratoire-saccroit-en-europe/

      -. Parlement européen : the issue of migration ; public expectations and EU policies  http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/BRIE/2016/586580/EPRS_BRI(2016)586580_EN.pdf

      -. La relocalisation de réfugiés en France traine faute de candidats http://www.euractiv.fr/section/politique/news/la-relocalisation-de-refugies-en-france-traine-faute-de-candidats/

      -. OIM : statistiques d’arrivée de migrants par la mer situation au 8 août https://www.iom.int/fr/news/arrivees-de-migrants-par-la-mediterranee-263-636-deces-en-mer-3-176