Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

#Faitdujour - Le mur de discorde: l'affrontement entre Trump et Nieto

pdf mise en ligne :27 01 2017 ( NEA say… n° 178 )

ASILE > Eurodac

lLe 25 janvier le e nouveau président des États-Unis, Donald Trump, a signé un ordre exécutif pour la construction d'un mur sur la frontière avec le Mexique, en gardant la promesse faite pendant la campagne électorale. Le document prévoit également la mise en place de plusieurs zones de détention tout au long de la frontière. Un second décret prévoit l'arrêt de la politique d’Obama sur le financement des villes à la frontière qui protégeaient les migrants entrés illégalement, ainsi qu'une politique plus sévère pour les rapatriements. Dans une interview avec ABC, Trump a déclaré que la construction du mur avec le Mexique va commencer "dès que possible, dans quelques mois", alors que le début de la planification va commencer «immédiatement». Trump a également expliqué que les couts pour la construction du mur tomberont sur les américains, qui seront ensuite remboursés 100% par le Mexique, qui payera pour la construction de la barrière.

le nouveau président des États-Unis, Donald Trump, a signé un ordre exécutif pour la construction d'un mur sur la frontière avec le Mexique, en gardant la promesse faite pendant la campagne électorale. Le document prévoit également la mise en place de plusieurs zones de détention tout au long de la frontière. Un second décret prévoit l'arrêt de la politique d’Obama sur le financement des villes à la frontière qui protégeaient les migrants entrés illégalement, ainsi qu'une politique plus sévère pour les rapatriements. Dans une interview avec ABC, Trump a déclaré que la construction du mur avec le Mexique va commencer "dès que possible, dans quelques mois", alors que le début de la planification va commencer «immédiatement». Trump a également expliqué que les couts pour la construction du mur tomberont sur les américains, qui seront ensuite remboursés 100% par le Mexique, qui payera pour la construction de la barrière.

La réponse du Mexique n'a pas tardée. En fait le Président Enrique Pena Nieto a annulé son voyage à Washington, prévue pour le 31 Janvier, informant que le Mexique n'a pas l'intention de construire une barrière et de payer. Donc, au cours des dernières heures, le Président des États-Unis a trouvé une autre façon de faire tomber sur les Mexicains les coûts pour la construction du mur.

Tout d’abord, Donald Trump a demandé la démission de Mark Morgan, chef de la police des frontières: il du quitter sa place après que le Président des États-Unis a ordonné la construction du mur à la frontière avec le Mexique. En deuxième lieu, la nouvelle d’une taxe de 20% sur les importations en provenance du Mexique a été présentée. Pour couvrir les coûts de construction du mur, Donald Trump est en train de penser à une taxe sur les importations en provenance du Mexique, et le porte-parole de la Maison blanche, Sean Spicer, l’a confirmé : 10 milliards de dollars par année est la somme que les États-Unis gagnent s’ils imposent cette taxe, et dans ce cas cet argent semble être suffisants pour financer un mur.

Le Mexique conçoit ce mur (2.000 mile) comme un affront symbolique, et dans le cadre d'un ensemble de politiques voulues par Trump, cela pourrait provoquer des pertes économiques graves. Les politiques républicaines comprennent une répression contre les immigrés qui sont rentrés illégalement aux États-Unis, et la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain, l'ALENA.

Chaque jour, des marchandises d'une valeur de 1,4 milliard de dollars traversent la frontière des deux pays, et des millions d'emplois sont liés au commerce sur les deux côtés. Le Mexique est le deuxième client du monde pour les produits fabriqués en Amérique, et 80% des exportations mexicaines (voitures, téléviseurs à écran plat) sont vendus aux États-Unis. La construction de ce mur pourrait amener à des pertes importantes pour les deux pays.
 
Maria-elena Argano

En savoir Plus :

Site du Washington Post, White House says Mexico border wall might be funded by tax on imports : https://www.washingtonpost.com/world/the_americas/mexican-president-cancels-visit-to-washington-as-tensions-with-trump-administration-intensify/2017/01/26/ececc3da-e3d9-11e6-a419-eefe8eff0835_story.html?utm_term=.2bb1aeebeeea

Site de Le Monde, L’intransigeance de Trump sur le mur précipite une crise avec le Mexique : www.lemonde.fr/donald-trump/article/2017/01/27/l-intransigeance-de-trump-sur-le-mur-precipite-une-crise-avec-le-mexique_5069868_4853715.html