Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Emmanuel Macron:Objet Politique non identifié

pdf mise en ligne :05 03 2017 ( NEA say… n° 178 )

LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES > Elargissement

2017, année présidentielle. En France, la partie politique se joue à rythme soutenu et non sans rebondissements. Si, à maintenant deux mois du deuxième tour, les différents scénarios se précisent, il aurait été peu évident dès le départ de lancer le pari gagnant. Le pays souffre d’une grave crise de régime et d’identité. L’exaspération se répand parmi les citoyens, la fatigue générale s’installe tandis que la défiance et le mépris à l’égard de la classe politique se renforcent de jour en jour. Partout, l’idéologie nationale réalise un vif retour. Piètre consolation, la France est loin d’être le seul pays concerné.

Dans pareille situation, nouveauté rime avec nécessité. Pour sortir de cette crise, il est indispensable de modifier, de transformer le fonctionnement politique tel qu’il se déroule aujourd’hui. Ce besoin de changement, Emmanuel Macron l’a anticipé. Il s’est appliqué à le comprendre et à l’incarner. Moderne et libéral, il n’est le candidat d’aucun parti. Ni de droite, ni de gauche, il est le créateur d’un mouvement politique non traditionnel se revendiquant au service de l’économie. Avec une compréhension parfaite de l’inconscient monarchique français, Emmanuel Macron entretient son image d’homme providentiel.

 

Pari de raison ou dérive populiste ?

Libéral et pragmatique, le candidat à la présidentielle française a pourtant une lecture très classique de l’histoire. Il aspire à un État fort et se rêve en monarque de l’air numérique. Il se veut être le président au-dessus des partis politiques, laissant ces derniers en prise avec la société. Sa stratégie de campagne est une connexion immédiate au peuple. Il rejette les appareils politiques traditionnels et annonce construire son programme en fonction des demandes populaires. Or revendiquer de faire prévaloir la voix du peuple, n’est-ce pas s’inscrire dans une démarche profondément populiste ? Emmanuel Macron semble faire de la politique comme on fait du marketing. Il cible sa clientèle et en fonction de la demande, ajuste sa politique (les Français originaires d’Algérie, ou encore les anti « mariage pour tous », sont des exemples récents). L’apparente compatibilité qu’il affiche peut être une force à moins qu’elle ne soit la marque d’un populisme maquillé qui cherche à ratisser large.

En se voulant l’incarnation de la rupture avec ce qui va mal, Emmanuel Macron dévoile peu à peu ses « réformes » : les solutions qui feront à nouveau briller la France en lui rendant le plein emploi et la croissance. Ces réformes représentent le mouvement, le changement dont la société a besoin pour avancer, pour dépasser ce qui la bloque. Cette approche simpliste « problème/solution » rappelle le procédé du « il n’y a qu’à » populiste selon lequel, face à la crise migratoire, il n’y a qu’à fermer les frontières, ou encore face au terrorisme, il n’y a qu’à ficher certaines nationalités, etc.

 

 

Par-delà la droite et la gauche

La force du candidat Macron c’est qu’il ne parle qu’en son nom propre aux citoyens, et pas selon la doctrine d’un parti. Sa candidature ne reposant sur aucun appareil politique existant, il cultive l’ambiguïté. Non partisan, il se veut modéré, sensible au bon sens et défendeur de l’intérêt général. Emmanuel Macron utilise à son avantage la dimension sectaire présente au sein des partis politiques. La sociologie de son électorat montre qu’il parvient à toucher toutes les générations de manière homogène. Selon les sondages, il a une résonnance chez les cadres supérieurs, les professions intellectuelles ainsi que les catégories de la classe moyenne. Les diplômés représentent également une frange potentiellement importante de ses électeurs. Dans le but d’élargir cette base électorale, il subvertit le clivage traditionnel des partis. D’une part, il soutient un capitalisme nouveau et de l’autre, il adhère à l’idéologie du rassemblement national. Cette oscillation cherche à réunir un maximum d’électeurs autour de l’idée de rupture avec le système politique actuel. Emmanuel Macron a pour ambition de sauver idéologiquement la France. Il rejette l’opposition gauche/droite qui, selon lui, est une division artificielle qui bloque l’action concrète et empêche l’unité nationale. Il aspire à la fusion entre une social-démocratie renouvelée et la logique libérale. Son libéralisme est complet, que ce soit d’un point de vue économique, mais également social et sociétal. Pour autant, le libéralisme qu’il adopte n’est-il pas qu’« une contestation de façade » des régimes qu’il critique et sans qui pourtant il n’aurait pu être là où il se trouve ?

 

Figure d’une politique postmoderne

Emmanuel Macron est porteur d’une vision économique du monde. Il ne s’inscrit pas dans un passé ou une tradition (qu’elle soit française, chrétienne ou encore sociale). Au contraire, il cherche à embrasser la mondialisation néolibérale. Il est une figure politique nouvelle. L’homme passe avant le programme, à moins que l’homme ne soit le programme lui-même. Il incarne la jeunesse, la vitalité, mais aussi la modernité et l’urgence. Tout cela fait-il de lui un candidat antisystème ? Il s’agit probablement plus d’un candidat qui va « par-delà » le système que contre lui. En se plaçant au-dessus du clivage classique gauche/droite, il dépasse les technostructures politiques actuelles. Il rompt avec le paradigme d’une bipartition de la vie politique auquel on est habitué. Depuis la Révolution française, le gouvernement repose sur l’existence d’une opposition entre la gauche et la droite, au sein d’un cadre parlementaire. Le rêve de Macron est d’accéder à une superstructure affranchie de cet appareil politique qu’il juge dépassé. En ce sens, il doit être considéré comme un candidat appartenant à la postmodernité. La modernité politique ce sont les raisonnements, les promesses ou encore les démonstrations pour séduire l’électeur. Avec la postmodernité, l’émotion et la passion agissent en aimant. Le pur affect fait loi. Emmanuel Macron prend l’opinion par les sentiments. Un programme n’est plus nécessaire pour que le candidat réunisse des gens autour de lui.

 

 

Progressistes vs conservateurs

Alors que la campagne présidentielle 2017 est marquée par le retour d’idées profondément souverainistes et anti-européennes, le candidat pose un discours puissant en faveur de l’Union européenne. Selon lui, au regard des « risques de la mondialisation, seule l’Europe peut nous protéger. Nous devons à nouveau oser rêver à elle, c’est notre chance ». Contrairement à ses adversaires, Emmanuel Macron place le projet européen au cœur des valeurs fondatrices de son mouvement politique. II ne dissimule pas sa volonté de reprendre en main un projet démocratique et transparent en incluant à nouveau le peuple. Avec une vision entrepreneuriale et individualiste de la société, le candidat aspire à l’ouverture de cette dernière. S’il modifie le clivage idéologique gauche/droite, c’est pour mieux le repositionner. En France, la lutte doit, selon lui, se faire entre les progressistes et les conservateurs. Face à la fermeture et au repli sur soi, il oppose l’ouverture, la transcendance qui dépasse les frontières (à commencer par les marchés financiers).

 À la veille de l’élection présidentielle française, Marine Le Pen et Emmanuel Macron se désignent comme étant chacun le concurrent direct de l’autre. Cette tactique leur permet de défendre un intérêt partagé ; celui d’exclure du round final le traditionnel affrontement gauche/droite. Pour l’extrême-droite, il s’agit de faire s’affronter les patriotes contre les mondialistes, tandis qu’Emmanuel Macron voit une rivalité entre conservateurs et progressistes. Marine Le Pen a tout intérêt à envisager ce duel. Ce dernier lui serait plus favorable que face à un candidat issu d’un parti traditionnel. Si cette confrontation du FN contre le mouvement politique « En Marche » a lieu en mai 2017, il consistera en un tournant historique pour la France. En effet, l’absence de représentants d’un des deux grands partis de gouvernement qui ont dirigé la France serait une première depuis plus de 30 ans.

Reste à envisager quelle sera la position d’Emmanuel Macron confronté aux grandes questions qui secouent l’actualité telles que l’immigration et la sécurité. Qu’en sera-t-il de son autorité politique vis-à-vis des personnalités dirigeantes telles que Donald Trump ou Vladimir Poutine ?

 

 

Sophie Mincke

 

Pour en savoir plus :Principales sources d’information

Articles sur Emmanuel Macron

      -. http://www.latribune.fr/economie/presidentielle-2017/emmanuel-macron-ou-le-populisme-d-extreme-centre-617015.html

      -. http://www.slate.fr/story/134492/macron-populisme-elites

      -.http://www.huffingtonpost.fr/jason-graindepice/emmanuel-macron-celui-qui-transforme-la-politique-en-populisme/

      -.http://www.huffingtonpost.fr/jason-graindepice/emmanuel-macron-celui-qui-transforme-la-politique-en-populisme/

      -. http://www.slate.fr/story/136919/francais-marchent-macron

Alain de Benoist : Macron tout le contraire d’un populiste

      -. http://www.bvoltaire.fr/alaindebenoist/emmanuel-macron-contraire-dun-populiste,315623

l’Obs : interview Michel Onfray et Marcel Gauchet

       -.http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170214.OBS5317/michel-onfray-marcel-gauchet-macron-est-le-plein-d-un-vide.html

      -. http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170214.OBS5313/la-strategie-de-macron-comprenne-qui-pourra.html