Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

La famille est de retour: promouvoir la solidarité entre les générations

pdf mise en ligne :14 05 2007 ( NEA say… n° 34 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Lutte contre la violence envers les femmes

La famille est de retour : « Promouvoir la solidarité entre les générations », le soutien aux familles est indispensable pour réaliser les objectifs économiques de Lisbonne sont les deux mots d’ordre de la Commission européenne.Les familles immigrées ne sont pas oubliées: réunion informelle des ministres de la famille à Bad Pyrmont.
Comment relever le défi démographique ? Comment aider les européens à mieux concilier le travail et la vie familiale ? Que faire pour aider les familles à avoir le nombre d’enfants qu’elles souhaitent ? 

Autant de questions qui sont examinées par la dernière communication de la Commission (FR) (EN) et auxquelles elle répond par un constat : il est impératif de remplir les obligations suivantes:
- apporter un soutien financier pour faire face aux coûts d’entretien d’une famille ;
- procurer des services de garde de qualité, tant pour les enfants que pour les personnes âgées dépendantes ;
- accorder un temps de travail flexible, avec des horaires de travail appropriés et des facilités en matière de congé.

Pour atteindre ces objectifs, la Commission constate également que les Etats membres, les partenaires sociaux, la société civile ainsi que l’UE peuvent jouer un rôle important. Même si l’Union n’a aucune compétence en matière de politiques familiales, elle peut contribuer indirectement à leur modernisation et à leur succès. La stratégie de Lisbonne est à la base de cette contribution, car elle met précisément l’accent sur la participation des femmes à l’emploi et sur l’approfondissement du cadre de la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. Mais, insiste-t-elle, le succès des actions dépendra de la qualité des partenariats et des coopérations engagées entre tous les acteurs concernés. 

La communication qui vient d’être adoptée s’inscrit dans le prolongement du livre vert du 16 mars 2005 (FR) (EN) et de la communication adoptée le 12 octobre 2006 sur « L’avenir démographique de l’Europe, transformer un défi en opportunité » (FR) (EN), qui énonce cinq mesures pour relever le défi démographique : la promotion du renouveau démographique, davantage d’emplois et des vies professionnelles plus longues, une productivité plus élevée, l’intégration des migrants et des finances publique saines. C’est l’occasion pour la Commission de rappeler les différences qui existent entre les Etats membres quant à la manière de prendre en compte les besoins des familles. Ainsi, les recherches révèlent-elles que les possibilités des gardes d’enfants, pour les moins de 3 ans, varient entre 2% en République tchèque, 8% en Allemagne, 22% en Suède et 36% aux Pays-Bas. Les dépenses sociales en faveur des familles et des enfants sont comprises entre 0,7% et 3,9% du PIB, alors que les pays les plus méridionaux comptent davantage que les autres sur les membres des familles pour assurer les gardes et procurer un soutien. Il semble évident que les pays qui privilégient des politiques favorables à la famille dans des domaines tels que l’égalité d’accès à l’emploi, le congé parental pour les hommes et les femmes, et l’égalité de rémunération, affichent d’une manière générale des taux de natalité supérieurs et un taux plus élevé de participation des femmes à l’emploi. Ils se situent également parmi les pays qui obtiennent les meilleurs résultats en terme d’emploi et de croissance. Les différences dans la manière dont les pays gèrent le soutien aux familles mettent en évidence le potentiel d’apprentissage mutuel. 

La communication montre comment l’Alliance européenne pour les familles, sorte de plate-forme de recherche et d’échange de bonnes pratiques, proposée par Ursula von der Leyen, la ministre fédérale de la famille lors du Conseil social du 22 février 2007 (FR) (EN), sera un outil précieux. A titre de première mesure, le mois de juin verra l’établissement d’un groupe de haut niveau d’experts gouvernementaux sur les questions démographiques. Parmi d’autres sources de collecte d’exemples de bonnes pratiques, il faut citer la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, qui sera invitée, par la Commission, à rassembler des exemples de politiques fructueuses au plan local et sur le lieu de travail. La recherche sur les questions démographiques et les familles sera aussi encouragée par le 7ème programme-cadre de recherche et de développement technologique. 

Le potentiel européen de financement complémentaire du soutien aux familles par une meilleure conciliation du travail et de la vie familiale et privée est particulièrement important. Le Fonds social européen (FSE) offre des possibilités de financement en vue d’aider les gens à améliorer leurs chances de trouver un emploi par la formation, ou tout simplement grâce à de meilleurs services de garde d’enfants. Toutefois, pour assurer aux familles de meilleures conditions, il conviendra de mettre en place de meilleures politiques d’égalité hommes-femmes et d’améliorer l’égalité des chances, tout en appelant les pouvoirs publics aux différents niveaux, les partenaires sociaux et la société civile à déployer des efforts et à s’engager en commun. Pour assurer le succès de la Stratégie européenne de Lisbonne en matière de croissance et d’emploi, il est crucial d’assurer aux européens le soutien dont ils ont besoin pour élever leurs enfants, s’occuper de leur famille et veiller à leur propre carrière.

D’ici la fin 2007, la Commission adoptera une communication sur la qualité des services aux personnes âgées dépendantes et sur la protection contre la maltraitance. En 2008, elle présentera une communication d’ensemble sur l’adaptation des services et des infrastructures face au vieillissement et plus généralement face aux évolutions des structures démographiques. 

La réunion ministérielle informelle des ministres européens de la famille et de l'égalité a, les 15 et 16 mai, a débattu du sujet  en traitant les quatre thèmes suivants à Bad Pyrmont (FR) (EN):
- évolution des schémas classiques de répartition des rôles; de nouveaux défis pour les hommes;
- alliances de la vie familiale avec l'économie;
- les femmes et les pères qui occupent des fonctions de cadre;
- les femmes et les enfants de l'immigration. 

Concernant l'immigration plus particulièrement, les ministres ont essayé de répondre aux questions suivantes:
(1) quelle politique d'orientation adopter selon le sexe et le groupe cible visé pour prévenir la multidiscrimination envers les femmes immigrées?
(2) comment aborder la question des schémas de la répartition des rôles entre hommes et femmes et les différents défis de l'immigration au sein d'un dialogue interculturel ?
(3) comment pouvons-nous gérer l'immigration en tant que projet familial et comment utiliser la vie familiale pour l'intégration?
(4) quels sont les exemples de bonnes pratiques que l'on peut trouver dans les pays européens ?
(5) quelles opportunités peut offrir le travail de collaboration avec les pays d'origine, en particulier dans la mise en pratique des décisions de la conférence Euromed sur l'égalité des chances de décembre 2006 ? 

M. Buffetaut, membre français du Comité économique et social européen (CESE, groupe des employeurs) vient de présenter un avis exploratoire sur "La famille et l'évolution démographique", adopté en session plénière le 14 mars 2007 par le Comité économique et social européen (FR) (EN).