Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Réformes dans le monde arabe : quelle stratégie pour l’Union européenne ?

pdf mise en ligne :16 05 2007 ( NEA say… n° 34 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Gel des avoirs et des biens

En première ligne, les droits fondamentaux et le dialogue interculturel. Le terrorisme ne doit pas être l'arbre qui cache la fôret. Toute tentative d’imposer des réformes est vouée à l’échec. L’identité arabe n’est nullement incompatible ni avec la notion de modernité, ni avec l’engagement de réformes. L’impuissance peut être surmontée dans le cadre d’un partenariat rénové, fondé sur la confiance mutuelle et la crédibilité de l’autre. L’occidentalisation des sociétés n’est pas la seule voie et les notions de démocratie et d’état de droit sont des valeurs fondamentales et universelles que d’innombrables autorités musulmanes ont déclaré compatibles avec l’Islam. Tel est le message essentiel du Parlement européen lors de l’adoption du rapport élaboré par Michel Rocard.
Dans sa résolution (FR) (EN), le Parlement européen met en avant les éléments essentiels qui devraient guider la relation euro-arabe. Celle-ci doit avant tout prendre en compte le développement économique et social, le développement durable, l’emploi, la bonne gestion des affaires publiques, la lutte contre la corruption, le rôle des femmes, promotrices des avancées du régime démocratique et de la tolérance, la lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes, l’émancipation des femmes et leur rôle accru dans la société civile et politique, la conservation du patrimoine culturel mondial, le dialogue interculturel, la bonne gouvernance, des medias gratuits et justes, la consolidation d’une société civile forte et véritable, l’éducation et la formation des élites, la participation politique et la promotion des droits de l’homme et des libertés fondamentales, la liberté de conscience y compris religieuse, la liberté d’expression et d’association y compris le rejet de la torture et l’abolition de la peine de mort ainsi que le rejet de l’intolérance et du fondamentalisme, et ce afin d’aboutir à l’édification d’une véritable zone de paix et de prospérité partagée. 

Le Parlement européen invite à combattre toute impunité et à mettre en place des mécanismes de justice permettant d’assurer une reconnaissance aux victimes de violations graves de droits de l’homme et de juger les responsables de ces crimes. Les pays arabes doivent ratifier le statut de Rome créant la Cour pénale internationale et signer la Convention internationale sur les disparitions forcées

Le dialogue des cultures doit être encouragé au travers de la Fondation Anna Lindh pour surmonter les stéréotypes et les malentendus. La relance du dialogue interculturel passe par l’affirmation d’un dénominateur commun humaniste et universel qui transcende les dogmes et communautarismes conformément aux propositions sur le dialogue des civilisations déjà présenté par NEA say... (cf. le rapport "Alliance des civilisations" (FR) (EN) ou la récente déclaration du secrétaire général de la Ligue arabe, Amre Moussa: ce sont les questions politiques qui polluent le dialogue interculturel, pas les questions religieuses ou culturelles). La promotion des valeurs de référence de l’Union doit tenir compte des diverses perceptions culturelles et politiques.

En matière de réformes politiques, il convient de ne pas imposer de modèle unique. 

Le Parlement européen souhaite que les pays arabes s’engagent davantage en faveur de la liberté de culte ou du droit des personnes et des communautés à professer librement leurs convictions et leur foi. Au passage, il signale que, sur ce point, les témoignages de millions de musulmans vivant en Europe devraient aider les pays arabes à mettre en œuvre chez eux ce principe constant des relations internationales qu’est la réciprocité. 

Le Parlement européen demande à la Ligue arabe de modifier et de préciser certaines dispositions de la Charte arabe des droits de l’homme, ainsi que d’élaborer des mécanismes permettant de contrôler le respect par ses Etats signataires des dispositions prévues dans la Charte.

Il rappelle que le renforcement de la démocratie et de l’Etat de droit ainsi que le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales comptent parmi les objectifs essentiels poursuivis par l’Union européenne en matière de politique étrangère (PESC). A ce titre, la clause droits de l’homme figurant dans les accords doit être respectée au même niveau que la clause sur le dialogue politique.

Enfin le Parlement européen encourage la Commission à tirer pleinement partie de toutes les possibilités offertes par l'«Initiative européenne pour la démocratie et les droits de l’homme», afin de soutenir la société civile et les mouvements de réforme politique dans la région. A cet effet, les plans d’action de la politique de voisinage ainsi que les décisions prises dans le cadre du processus de Barcelone constituent la base la plus appropriée.

Tout en admettant que la lutte contre le terrorisme constitue "un aspect nécessaire et vital" de la relation entre l'Europe et le monde arabe, les députés européens soulignent qu'il est "vital (...) qu'une telle lutte ne rejette pas dans l'ombre, ni ne retarde toute une série d'autres thématiques d'intérêt commun".