Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Amnesty International: halte à une stratégie de la peur !

pdf mise en ligne :25 05 2007 ( NEA say… n° 34 )

IMMIGRATION > Perspectives financières

Amnesty international : menaces sur l’Etat de droit et réflexes de peur.La politique de la peur crée un monde dangereusement divisé, tel est le message essentiel du rapport annuel (FR) (EN) de l'organisation, qui dénonce cette situation générale et l’engrenage fatal qui en résulte : lorsque les Etats et les citoyens considèrent « l’autre » comme une menace, lorsque, collectivement, nous sommes prêts à compromettre les droits de cet « autre » pour garantir notre sécurité, alors les droits humains sont en danger. Trop de dirigeants agitent des spectres, multiples et effrayants. L’Union européenne n’est pas exempte de reproches sévères.

C’est cette mécanique infernale de la peur qui alimente les stratégies diplomatiques et de la défense, des stratégies de plus en plus complexes. A cette stratégie, Amnesty International (AI) veut opposer une stratégie de durabilité des valeurs. L’Union européenne, outre le fait qu’elle n’est pas épargnée par ces problèmes, n’a aucune raison d’entrer dans cette logique et cinq ans après les attentats du 11 septembre 2001, elle n’a toujours pas trouvé une réponse appropriée. Elle foule ses propres valeurs en s’enfermant, ou en étant tentée de s’enfermer, dans cette logique de peur. C’est pourquoi Irène Khan, secrétaire générale d'AI, proclame dans l’avant-propos : « Pour la liberté, sans la peur ! » Trop de dirigeants ont joué sur la peur, par exemple une immigration incontrôlée pour justifier l’adoption de mesures plus sévères. L’année 2006, encore une fois, a montré que le gouvernement des Etats-Unis considère le monde entier comme un champ de bataille pour « sa guerre contre le terrorisme ».  NEA say... souligne pour sa part que le discours du ministre de l’intérieur américain Chertoff, le 14 mai dernier, tenu devant la commission des libertés publiques, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen, en est une caricature emblématique.(Voir autre nouvelle dans ce même numéro).

Des stratégies antiterroristes mal pensées se sont révélées peu efficaces en matière de réduction des menaces ou de justice à l’égard des victimes, et ont eu des conséquences très dommageables pour les droits fondamentaux ou l’état de droit. Amnesty International demande aux gouvernements de ne pas céder à la tentation d’utiliser la politique de la peur. Tout comme la lutte contre le réchauffement climatique requiert une action au niveau mondial, l’érosion des droits de l’homme ne pourra être stoppée qu’à l’aide de la solidarité mondiale et du respect du droit international.