Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Des nouvelles rapides...

pdf mise en ligne :07 06 2007 ( NEA say… n° 36 )

LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES > Elargissement

IMMIGRATION - France
La nouvelle doctrine française en matière d'immigration: elle n'est plus "choisie" mais doit s'articuler au co-développement. La lutte contre l'immigration illégale (sévérité accrue à l'égard des trafics) se renforce. La dimension européenne de la politique en matière d'immigration est occultée.
Communiqué du Conseil des Ministres
"Pour une migration maîtrisée", la feuille de route du ministre.

DEMOGRAPHIE - Politique de l'UE
Mise en place d'un groupe d'experts gouvernementaux sur le vieillissement de la population européenne (FR) (EN).
A la demande des Etats membres et en réponse au Livre vert de 2005 sur la démographie, un groupe d'experts vient de se réunir. Il aidera la Commission à élaborer des politiques adaptées à la nouvelle réalité du vieillissement de la population et de l'amenuisement de la main d'oeuvre en Europe. Le groupe servira également de Plateforme aux Etats membres pour échanger leurs expériences et leurs bonnes pratiques dans des domaines tels que le vieillissement actif, la politique familiale, les soins aux personnes âgées dépendantes et les migrations. Composé des représentants des Etats membres et d'un petit nombre d'experts, le groupe sera présidé par Mme Eleonora Hostasch, ancienne ministre autrichienne du travail et des affaires sociales.
Livre vert sur la démographie (FR) (EN)
Communication sur la démographie (FR) (EN)
Communication sur la promotion de la solidarité entre les générations (FR) (EN)Démographie : faits et chiffres (EN)

NON-DISCRIMINATION - Egalité linguistique
► Des députés européens demandent à l'Allemagne de mettre ses actes en accord avec ses discours: attitudes discriminatoires inadmissibles à l'égard des enfants, font-ils remarquer (EN).
La commission des pétitions du Parlement européen attire l'attention sur le comportement du Jugendamt pour la garde des enfants ou lors d'enlèvement dans les cas de divorce. Ce qui est directement visé dans un cas bien particulier concerne une forme de discrimination linguistique (FR) (EN). Elle considère que la réponse allemande n'est pas appropriée. Toutes les pièces du dossier sont consultables sur le site de la commission des pétitions au point 7 de son agenda pour sa réunion du 7 juin 2007 (FR, EN, DE, PL).

JUSTICE - Nouvelles technologies de l'information
► "Work on e-Justice"- Conférence européenne sur l'utilisation des technologies de l'information dans la justice.
Autour de son ministre de la justice, Madame Zypries, la présidence allemande a organisé une conférence de deux jours portant sur les thèmes suivants:
- potail juridique servant de trait d'union entre les différents systèmes juridiques;
- communications transfrontalières entre les parties aux procédures judiciaires;
- échange d'informations entre les registres nationaux des autorités judiciaires;
- procédés modèles en vue d'une standardisation au niveau européen et questions juridiques qui s'ensuivent.
Des informations supplémentaires sont disponibles sur le site www.e-justice2007.de

NON-DISCRIMINATION - Personnes handicapées
► La Commission européenne annonce à Berlin une communication pour la fin de l'année 2007 relative à un plan d'action sur le handicap.
A l'occasion d'une conférence ministérielle organisée par la présidence allemande intitulée: "Education, emploi, égalité des chances: plus d'autonomie pour les personnes handicapées", le Commissaire Spidla a déclaré le 11 juin 2007 qu'il importe maintenant d'élaborer une stratégie européenne de transposition concrète de la convention des Nations Unies, qui doit être ratifiée et/ou signée dans les meilleurs délais par les Etats membres et la Commission, et ainsi donner un nouvel élan à la politique en faveur des personnes handicapées (FR) (EN). Il a donc annoncé qu'il présentera une communication à l'occasion de la journée européenne des personnes handicapées, début décembre 2007, dans laquelle sera exposé le prochain plan d'action. D'ici le printemps 2008, il proposera un règlement habilitant la Commission à signer la convention, et délimitant les compétences respectives de la Commission et des Etats membres. Enfin, il soumettra des propositions sur la manière dont les Etats membres doivent rendre compte de leur action pour satisfaire aux exigences de la convention. Le commissaire Spidla a annoncé également qu'une consultation publique sera organisée.
A l'occasion de cette manifestation, la présidence allemande a édité une brochure (FR)
Lire également "Les droits des personnes handicapées reconnus parmi les droits de l'homme", NEA say... n°31

NON-DISCRIMINATION - Personnes handicapées
► Décision du Conseil concernant la nomination des membres du Conseil d'administration de l'Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes.
Le Journal officiel de l'UE vient de rendre publique la liste des membres (FR) (EN). Ces représentants des gouvernements sont élus pour une période de trois ans juqu'au 31 mai 2010. Le siège de l'Institut pour l'égalité entre les hommes et les femmes est accueilli par la ville de Vilnius. Cet Institut est doté d'un budget de 52,5 millions d'euros pour la période 2007-2013 et son personnel devrait atteindre une trentaine de personne en 2013.

DROITS FONDAMENTAUX - Protection de la vie privée
► L'internet des objets: les RFID. Se référant à la communication de la Commission du 15 mars 2007 intitulée " L'identification par radiofréquence en Europe: vers un cadre politique" (FR) (EN), les ministres ont procédé à un échange de vues à partir d'un questionnaire élaboré par la présidence allemande et libellé comme suit: "La technologie RFID est un domaine qui donne toujours lieu à une acitivité intense de recherche et de développement. Elle est également l'un des constituants fondamentaux de l'Internet des objets, cette vision prospective d'un réseau numérique intégrant n'importe quel type d'objet. Que pouvons-nous faire, tant au niveau national qu'européen, pour créer un environnement réglementaire adapté et les meilleures conditions possibles pour la recherche et le développement sur la RFID et pour accroître la compétitivité ?". Dans sa communication, la Commission a attiré l'attention sur le respect de la vie privée et les résultats de la consultation publique. Celle-ci a mis en évidence l'inquiétude de la population qui voit dans la RFID une technologie potentiellement envahissante. Des mesures appropriées de protection de la vie privée sont donc préconisées comme condition d'une large adhésion du public à cette nouvelle technologie. Les participants à la consultation en ligne pensent que ces mesures résulteront des technologies de protection de la vie privée (70%) et d'actions de sensibilisation (65%); 55% envisagent une législation spécifique à la RFID comme la meilleure solution. En outre, pour ce qui est de savoir si les applications sociétales sont réellement bénéfiques, les avis sont partagés, avec environ 40% de réponses positives et autant de réponses négatives. Les intéressés ont fait part de leur crainte concernant d'éventuelles violations des valeurs fondamentales et de la vie privée, et de voir la surveillance accrue, en particulier sur le lieu de travail, aboutir à des formes de discrimination, d'exclusion, de victimisation et, peut-être, à des licenciements.
Cependant, fait observer la Commission, les systèmes d'information RFID sont des cibles mouvantes et exigent donc, en permanence, suivi, évaluation, orientation, réglementation et R&D. Les risques spécifiques pour la sécurité et la vie privée dépendent dans une large mesure de la nature des applications et une approche globale ne permettrait pas de prendre en compte toute la gamme des applications possibles. Aussi, préalablement à la sélection de système RFID et au déploiement d'applications, est- il nécessaire, recommande la Commission, d'étudier de près les risques spécifiques qu'elles représentent pour la sécurité et la vie privée en termes de coûts et d'avantages.
En conclusion, constate la Commission, comme près des deux tiers des réponses au questionnaire en ligne ont fait apparaître que les informations actuelles disponibles sont insuffisantes pour permettre au public de porter un jugement éclairé sur les risques de la RFID, il semble que des campagnes de sensibilisation et d'information doivent consituer un élément essentiel de la réponse politique.

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE - Sécurité des réseaux et de l'information
► Vulnérabilité croissante des pays et des systèmes informatiques: le temps des cyberguerres est-il arrivé?
Venons-nous d'assister en Estonie à la première cyberguerre? Des observateurs font remarquer que des cyberconflits de différentes natures ont été observés au milieu des années 1990, mais c'est la première fois que les infrastructures d'un Etat et dans leur globalité, celles de l'Estonie, ont été visées durablement par une attaque Internet orchestrée. D'où l'évocation de la première cyberguerre. Pays pionnier du Net, il est intéressant de noter l'Estonie doit accueillir, en 2008, le nouveau centre de l'OTAN pour contrer précisément le cyberterrorisme. C'est un signal d'alarme qui vaut leçon pour l'avenir. L'échelle du cyberconflit estonien souligne les déficiences de la communauté internationale et son aptitude à réagir rapidement lorsqu'un Etat visé. Pour l'instant, l'OTAN ne définit pas encore des attaques électroniques comme étant des attaques militaires. Nous avons vu que l'Union européenne s'est jusqu'ici plus intéressée aux contenus de l'Internet relatifs à l'appel à la haine raciale ou xénophobe, aux pratique pédophiles, aux diverses fraudes électroniques relevant de la cybercriminalité. Elle vient cependant de demander à son Agence installée à Héraklion en Crète d'enquêter (lire "Une avancée importante dans la lutte contre la cybercriminalité", NEA say... n° 35).
Le Parlement européen, dans sa résolution du 24 mai 2007, a exprimé au plan général sa solidarité avec l'Estonie dans son conflit avec la Russie. Il a invité la Commission européenne et les Etats membres à contriber aux analyses des cyberattaques dont l'Estonie a été la victime pour ses sites Web et à réaliser une étude sur la manière dont de telles attaques peuvent être traitées au niveau européen (FR) (EN).
Think tank américain sur les cyberconflits http://www.cyberconflict.org/

IMMIGRATION - ONG
► Guide pratique à l'usage des ONG sur la mise en oeuvre de la Convention des Nations Unies pour les travailleurs migrants.
Avec l'entrée en vigueur de la Convention pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et de leur famille, des membres de la société civile ont décidé de créer une plateforme internationale des ONG sur la Convention (IPMWC) (EN) pour faciliter la promotion, la mise en oeuvre et la surveillance de la Convention. IPMWC vient de publier un guide pour permettre une utilisation effective des mécanismes des Nations Unies (FR) (EN).

DROITS FONDAMENTAUX - Conditions de détention
► Guantanamo: Human Rights Watch demande la fermeture immédiate, aujourd'hui et pas demain.
Dans une lettre adressée au président Bush et après une série d'informations contradictoires quant à la fermeture de la prison de Guantanamo, HWR réitère sa demande: il n'y a aucune raison légitime pour retarder la fermeture de ce centre de détention. 

(11)-. Déclaration de la présidence de l'Union européenne à l'occasion de la journée mondiale de la solidarité avec les victimes de la torture (FR) (EN). La Commission a rappelé aux Etats membres leur responsabilité dans la lutte contre la torture.(EN)

La lutte contre la torture reste une priorité pour l'Union européenne et la Commission a rappelé également les diverses actions menées notamment dans le cadre de l'instrument européen pour la démocratie et les droits de l'homme (EIDHR). Elle a annoncéqu'elle prévoyait l'allocation de 44 millions d'euros à la lutte contre la torture. De son côté Amnesty International fait le bilan: on torture encore dans 102 pays , mais les résultats dans la lutte contre la torture sont remarquables, mais les défis restent énormes. Pour sa part IRCT (International Rehabilitation Coucil for Torture Victims) signale qu'il évalue à environs 400 000 le nombre de personnes survivantes victimes de la torture dont seulement 16 000 ont reçu un soutien médical, psychologique et social, 20% des demandeurs d'asile ont été torturés.

Il attire l'attention sur le fait que seule une minorité d'Etats membres reemplit ses obligations en versant l'argent convenu aux centres nationaux de rhabilitation. Il dénonce leur contribution insuffisante au UN Voluntary Fund for Torture Victims ( UNVFT), principale source de financement après EIDHR.

La présidente de la sous-commission droits de l'homme du Parlement européen, Hélène Flautre,  a appelé l'Union européenne à garantir coûte que coûte les droits fondamentaux face aux traitements dégradants ayant notamment refait surface dans les pratiques de lutte contre le terrorisme." l'heure actuelle où la lutte contre le terrorisme s'emploie à réintroduire des actes inhumains et dégradants comme une pratique légitime dans des situations qualifiées d'exceptionnelles, nous devons plus que jamais être vigilants et contrecarrer cette offensive en lui opposant le respect des standards internationaux", a-t-elle déclaré. Parlant de l'exportation de la torture, les restitutions extraordinaires elle a fait explicitement référence aux conclusions du rapport de Dick Marty.La députée européenne a rappelé que Manfred Nowak, rapporteur spécial de l'ONU pour la torture, plaide pour le développement d'une juridiction universelle comme principal moyen de combattre l'impunité autour des actes tortionnaires."Pour parvenir à des résultats, nous devons impérativement travailler de concert en soutenant une coopération interinstitutionnellle globale exemplaire", explique Hélène Flautre. Lors de sa réunion du 28 juin la sous-commission des droits de l'homme débat des conclusions d'une étude sur la mise en oeuvre des lignes directrices du Conseil sur la torture.

(12)-.Premier bilan positif pour le mandat d'arrêt européen: le 3 juillet la Commission européenne adopte son rapport.

La Commission détaille dans son rapport la mise en oeuvre, depuis 2005, dans les dispositions nationales de la décision-cadre du 13 juin 2002. Elle explique pourquoi le mandat d'arrêt est un succès. Le rapport montre en effet l'importance grandissante chaque année de son utilisation qui permet en pratique aux juges d'obtenir des remises facilement dans des délais contraignants et réduits par rapport aux procédures d'extradition classiques

 (13)-.Les Etats-Unis renforcent leurs contrôles à l'entrée

Les visiteurs entrant devront fournir leurs dix empreintes digitales à partir de la fin 2007. L'actuel système , en vigueur depuis 2004, requiert une photographie du visage et deux empreintes. Les nouvelles mesures concerneront tant les ressortissants de l'UE que ceux des autres pays qui doivent être titulaires d'un visa. Les tests vont être menés dans dix aéroports dont celui de New York-John F. Kennedy. Les contrôles pourraient encore être renforcés dans un proche avenir avec l'introduction des données biométriques. Pour en savoir plus. Communiqué de presse de la Mission américaine.(conférence de presse et démonstration de PT Wright)

 (14)-.Négociations PNR avec les Etats-Unis: attente de l'accord définitif. Le contrôleur européen de la protection des données, Peter Hustinx, fait part de ses profondes inquiétudes dans une lettre adressée le 27 juin à la présidence allemande, le ministre de l'intérieur , Wofgang Schaüble. Des députés européens se montrent critiques.

L'accord définitif sur le PNR est reporté: la substance du compromis semble acquis, mais des clarifications sont demandées aux négociateurs européens. Après avoir pris connaissance le matin du 29 juin de l'accord intervenu le 27 juin entre les négociateurs américains et européens ( M.Schaüble et Frattini pour l'UE et Chertoff pour les Eats-Unis) les ambassadeurs de l'UE ont décidé de reporter son adoption finale notamment en raison des réserves parlementaires de certains pays. Aucun Etat ne s'étant opposé sur le principe général du texte, on peut estimer que l'accord de principe est réalisé, a-t-on fait remarquer. Plusieurs délégations dont l'Irlande, la République tchèque, la France, le Danemark et la Finlande ont fait savoir qu'elles attendaient le feu vert de leur parlement. Au passge, notons que personne n'a mentionné le Parlement européen qui depuis l'origine suit le PNR avec attention et une grande compétence. Les délais pour l'adoption de l'accord permettent la consultation , même accélérée vu le niveau de préparation du Parlement européen. Les Etats membres veulent aussi approfondir les détails du mécanisme de surveillance qui sera mis en place, via la nomination d'un responsable européen sur l'utilisation des données par les américains, mécanisme qui ne figure pas dans le texte de l'accord, mais dans la lettre des autorités américaines qui accompagne l'accord proprement dit. Il est à signaler que l'accord est une quasi coquille vide. Certes on y indique que la technique utilisée sera celle demandée par les européens, technique dite du "Push", mais après une période de transition non clairement définie(sans doute au plus tard en janvier 2008), les américains se réservant la possibilité de rester ou de revenir à la technique du "Pull" en cas d'incompatibilités techniques entre les différents systèmes. Toutefois la décision de savoir quand et comment et quelle donnée doit y être soumise reviendra au CBP (Bureau américain des douanes et des frontières). La transmission des données devra se faire au plus tard 72 heures avant le départ de l'avion L'accord prévoit le principe de réciprocité pour le cas où les européens mettraient en place leur système de PNR ce que Franco Frattini vient d'annoncer. La presse a fait état de la réduction du nombre des données de 34 à 19, y compris des données sensibles (origine raciale ou ethnique, opinions politiques, convictions religieuses ou philosophiques, appartenance syndicale,état de santé, vie sexuelle, ces données pourront être utilisées en cas de circonstances exceptionnelles et dans ce cas une procédure stricte sera appliquée). La réduction du nombre des données est un dispositif en trompe l'oeil où on a procédé à des regroupements de rubriques plus que réellement supprimer des données. La durée de rétention est portée à 15 ans...période qui se décompose en deux périodes l'une de 7 ans, l'autre de 8 ans et pour cette dernière période, l'intervention du DHS ( Department of Homeland Security) est requise: les données "dormantes" seront accessibles par un officiel de haut rang désigné par le secrétaire d'etat à la sécurité et en cas de danger. Quant à le lettre à la fois interprétative et d'engagements unilatéraux, la partie américaine se réserve la possibilité d'y mettre fin à tout moment. Dans le texte de cet accord on cherche en vain des garanties non ambiguës  assurant que les droits fondamentaux sont protégés indiscutablement.

Les Etats membres de l'Union se sont fixés jusqu'au 10 juillet pour parvenir à un accord formel, la date limite prévue étant le 31 juillet 2007. Cependant la Finlande ayant fait savoir que l'examen du texte par son parlement ayant lieu de 12 juillet, l'adoption du texte pourrait intervenir le 23 juillet date de la réunion du Conseil Affaires générales et Relations extérieures.

Le contrôleur européen de la protection des données, Peter Hustinx, n'a pas attendu ces derniers développements pour faire part de ses graves inquiétudes dans une lettre adressée le 27 juin au président  en exercice du Conseil, le ministre allemand de l'intérieur, Wolfgang Schaüble. Ses inquiétudes portent principalement sur:

      -.l'extension de la durée de rétention des données des passagers qui passerait de trois ans et demi à quinze( 3,5 à 15 ans);

      -.l'extension à toute une série d'agences et sans limitation de la possibilité d'accéder aux données;

      -.l'absence de dispositifs légaux et fiables permettant aux citoyens de vérifier que l'on ne fait pas un mauvais usage de leurs données;

      -.le refus des Etats-Unis de se lier par des engagements pris sous forme d'échanges de lettre;

Peter Hustinx rappelle dans sa lettre les obligations nées de la Charte des droits fondamentaux et aussi le fait que si l'Union européenne ne donne pas le bon exemple qui donc dans le monde respectera les droits fondamentaux.

Peter Hustinx a conclu sa lettre en exprimant ses plus graves préoccupations sur l'issue des négociations.

Ses inquiétudes sont partagées par plusieurs députés: au premier rang, Sophie in't Veld, rapporteur pour le Parlement européen. Elle estime que l'accord est "tout simplement mauvais" étant donné que les raisons pour lesquelles les données personnelles sont utilisées et les conditions de leur utilisation ne sont pas précisées. Elle regrette également que le profilage des personnes soit rendu possible. De son côté le député socialiste Stavros Lambrinidis s'interroge: pourquoi cet accord n'est pas aussi bon que celui obtenu pour Swift ?

Dans les jours qui viennent , nombreuses seront les questions qui seront posées. N'oublions pas que la Commission et le Conseil, la main sur le coeur, ont déclaré: "les droits fondamentaux ne sont pas négociables".

Historique du premier accord PNR annulé par la Cour de Justice

 

(15)-.Le sénat français adopte le texte sur les services de renseignement

Le Sénat a adopté le 27 juin dernier le projet de loi créant une "délégation parlementaire au renseignement",délégation politiquement pluraliste dans sa composition; elle permettra au Parlement de s'informer sur le fonctionnement des services secrets sans nuire à la confidentialité que requièrent leurs activités. La rapporteur principal René Garrec (UMP) a souligné qu'il s'agissait de mettre fin à une singularité française."Notre Parlement était le dernier des grandes démocraties à ne pas avoir d'organe parlementaire dédié au suivi et au contrôle des services de renseignements",a-t-il fait valoir.Les parlementaires ont commenté en faisant valoir qu'il s'agissait d'un premier pas dans la bonne direction. C'est une avancée, certes, mais qui manque d'ambition ont fait observer certains parlementaires.

Suite aux affaires liées aux prisons et avion secrets de la CIA sur le territoire de l'Union européenne, les rapports Marty (Conseil de l'Europe) et Fava (Parlement européen) donnent une actualité toute particulière à cette démarche du gouvernement français qui avait adopté le projet de loi le 8 mars 2006. Les deux rapports ont recommandé un renforcement, partout en Europe, du contrôle parlementaire. Le vice-président de la Commission européenne, Franco Fratini, y est très sensible et annoncé des initiatives de la part de la Commission dans le cadre de ses compétences. (CF n° 34 de Nea say et autre article sur le même sujet dans le présent numéro)

(16)-."L'Alliance européenne pour les familles est bien établie en Europe", tel est le bilan fait par la présidence allemande devant plusieurs commissions du Parlement européen (FR) (EN)

(17)-.Bilan de la présidence allemande dans le domaine de la justice: la minstre, Brigitte Zypries, estime qu'à l'avenir les citoyens seront mieux protégés et auront plus de droits

Qu'il s'agisse de protection contre des agressions racistes et xénophobes, des procédure de divorce, de pensions alimentaires, de procédure pénale (garantie minimale pour les suspects), des jeux video violents, de la mise en place de l'Agence des droits fondamentaux, du droit de la famille, du réglement des litiges transfrontaliers, du transfèrement des personnes condamnées etc, la Ministre dresse un bilan positif (FR) (EN).

(18)-.FRANCE: appel à la vigilance universitaire: un observatoire du ministère de l'immigration va être créé.

La mobilisation du monde de l'enseignement et de la recherche contre la création par Nicolas Sarkozy d'un nouveau ministère dont l'intitulé associe "immigration" et "identité nationale" se met en place.Le ministre et ministère sont placés sous surveillance: appel du réseau scientifique TERRA ( Travaux, études, recherches sur les réfugiés et l'asile) et de plusieurs associations. L'assemblée a pris la décision de créer un observatoire et d'un groupe de vigilance sur l'indépendance de l'enseignement et la recherche. Les participants se sont donnés rendez-vous en septembre.

http://terra.rezo.net/article602.html

(19)-.FRANCE: le Ministre annonce une nouvelle loi sur l'immigration après celle de 2006. Durcissement des conditions du regroupement familial

Le ministre Hortefeux, invité du Grand Jury RTL-Le Figaro- LCI, veut réguler l'immigration et défend le nécessaire contrôle des flux migratoires.Il faut réguler l'immigration pour réussir l'intégration, argumente le ministre. Pour autant s'il "entend être le ministre de la loi"il se veut aussi "celui du coeur"."Je serai attentif aux situations complexes", a promis celui qui se définit comme "le ministre des immigrés en situation régulière".(...)Tout immigré en situuationirrégulière devra être reconduit à la frontière, y compris lorsqu'il a des enfants scolarisés.(...) il n'est pas question de créer de nouvelles filières d'immigration clandestine".

(20)-.Immigration: la Commission prépare des "propositions concrètes" annonce le commissaire Louis Michel à l'issue d'un entretien à l'Elysée avec le président Nicolas Sarkozy.

"Nous avons convenu que nous préparions du côté de la Commission un document concret, avec des propositions concrètes pour répondre aux phénomènes migratoires", a expliqué le commissaire européen en chage du dèveloppement et de l'aide humanitaire. Ces propositions "n'iraient pas nécessairement dans le sens que l'on croit habituellement (...) mais dans un sens vraiment positif et concret",a-t-il précisé. Concernant l'aide au développement, Louis Michel a salué "la philosophie du président d'établir un partenariat qui respecte les partenaires, sur la base d'une égalité en droits et en devoirs." Selon le commissaire européen, le président a plaidé pour "un vrai partenariat politique et pas une relation entre un donateur et un bénéficiaire(...) cela correspond totalemnt à notre point de vue et à la nouvelle politique que nous voulons initier. Nous voulons sortir et du paternaliste et d'une certaine forme de néocolonialisme (...) Il faut oser dire aux Africains: votre développement nous intéresse parce que c'est juste et parce que nous entendons faire preuve de solidarité, mais çà nous intéresse aussi parce que votre développement, d'une certaine manière, détermine notre propre développement(...) Il n'y a pas de raison que l'Europe ne puisse pas espérer du développement de l'Afraique un "return" économique." Louis Michel a jugé "très importante la volonté de fonder ce partenariat sur les grands défis globaux: changement climatique, sécurisation énergétique, lutte contre le terrorisme, gestion des migrations."Il a espéré que le sommet Afrique-UE prévue n décembre prochain "Consacre cette nouvelle approche stratégique".

Le commissaire européen a aussi fait part d'une "totale convegence avec le président de la République sur l'attitude à adopter vis-à-vis de la Chine en Afrique(...) nous pensons que nous devons rechercher des partariats triangulaires avec le Chine et que nous ne devons  pas entrer dans une sorte d'auto-défense protectionniste de l'Afrique".

 Le 28 juin la Commission a organisé une conférence Chine-Afrique- Union européenne.