Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Arrêtez les "dys-scriminations", demande le Parlement européen

pdf mise en ligne :10 10 2007 ( NEA say… n° 41 )

COOPERATION JUDICIAIRE CIVILE > Reconnaissance mutuelle

Dyslexie, dysphasie, dyspraxie, dyscalculie… les affections en "dys" touchent près de 10% des enfants européens. Pour lutter contre les troubles divers et les discriminations sociales et dans l’emploi qui y sont liées, les députés européens ont adopté, mercredi 10 octobre 2007, une déclaration écrite. Ils demandent à la Commission européenne et au Conseil d’élaborer une Charte des enfants "dys" et de favoriser la reconnaissance de ces troubles comme un handicap.

Les troubles comme la dysphasie (désordre du langage), dyspraxie (manque de coordination des gestes), la dyslexie (troubles de l’apprentissage , de la lecture et de l’écriture notamment), ou la dyscalculie (troubles dans le calcul) concernent 10% des enfants en Europe, ils restent relativement méconnus, voire non reconnus dans plusieurs Etats membres. Face à ce constat, ce sont 412 députés européens qui ont signé une déclaration écrite (FR) (EN) proposée par plusieurs partis politiques sur le sujet. Cette déclaration, destinée à lancer le débat, a reçu le minimum de signatures nécessaire pour être déclarée adoptée et sera donc bientôt transmises aux autres institutions.

Les députés demandent à la Commission et au Conseil d’agir, de renforcer la recherche, de façon intensive et pluridisciplinaire. Ils estiment que seule une prise en charge précoce, dans des structures adaptées (en milieu scolaire ordinaire avec accompagnement adapté ou en structure spécialisée), permet d’éviter la "dyscrimination" qui s’accompagne souvent d’une mise à l’écart des enfants concernés. Les députés proposent donc d’établir une charte des enfants « DYS » et de favoriser la reconnaissance des troubles comme un handicap grave. Ils proposent de promouvoir les meilleures pratiques dans les Etats membres pour ce qui concerne :
-. l’accessibilité de l’information ;
-. la précocité du repérage, du dépistage, du diagnostic systématique et de la prise en charge ;
-. des structures pédagogiques performantes en milieu ordinaire ou spécialisé pour enfants, adolescents et jeunes adultes ;
-. des structures d’insertion professionnelles adaptées.

Il revient maintenant aux autres institutions de prendre les mesures appropriées.

Texte de la question orale / Oral question with debate