Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Consommation de drogue : elle se stabilise, mais à des niveaux élevés

pdf mise en ligne :26 11 2007 ( NEA say… n° 43 )

COOPERATION JUDICIAIRE PENALE > Réseau judiciaire européen

Toujours plus de cocaïne, moins d’héroïne et beaucoup de cannabis: telles sont les tendances observées par l’Agence européenne sur les drogues. Ce sont les conclusions entendues par les députés européens de la bouche du directeur de l’Agence de Lisbonne (OEDT), inquiet du le taux de mortalité des toxicomanes.

Les députés européens de la commission de libertés civiles (LIBE) ont reçu le directeur de l’Observatoire européen des drogues et toxicomanies (OEDT), Wolfgang Götz, venu présenter le rapport annuel 2007 sur l’état du phénomène. Premier constat: la consommation de cannabis reste très élevée. Selon ses estimations, près de 3 millions de personnes en fument chaque jour ou presque et un quart des européens ont déjà testé le cannabis au moins une fois dans leur vie. Selon le rapport, les plus gros consommateurs sont les jeunes hommes, même si la popularité du cannabis semble décliner chez les jeunes en général. Les taux les plus élevés de consommation s’observent en Espagne (20% des 15-34 ans), en République tchèque (19,3%) et en France (16,7%). On peut néanmoins être raisonnablement optimiste: l’augmentation de la consommation de cannabis que l’on a observée en Europe depuis 1990 semble avoir atteint son sommet, estime le directeur de l’Agence. Malgré les données très variables selon les pays, les statistiques confirment la place prépondérante de l’usage de la cocaïne comme drogue dite « stimulante ». C’est la drogue illicite la plus consommée après le cannabis, mais devant l’ectasy et les amphétamines. Le rapport estime que 4,5 millions d’européens ont pris de la cocaïne, l’année dernière.

Dans le même temps, les saisies aux frontières ont, elles aussi, atteint des records : 107 tonnes de cocaïne ont été saisies en 2005, soit 45% de plus qu’en 2004. Le principal port d’entrée de la cocaïne en Europe se trouve dans la péninsule ibérique. Le message transmis par le rapport reste sans ambiguïté: l’Europe n’a pas fait de progrès suffisants pour lutter contre la mortalité des toxicomanes. Chaque année, entre 7 000 et 8 000 d’ente eux meurent d’une overdose ou d’un empoisonnement lié à la consommation de drogues. La plupart des victimes sont des hommes autour de la trentaine. Ces chiffres montrent que nous devons changer de stratégie de lutte contre les drogues, estime le vice-président de la commission LIBE, Giusto Catania (GUE-NGL, IT), auteur d’un rapport en 2004 sur la stratégie européenne sur les drogues pour 2005-2012. Selon lui, une politique purement répressive n’est pas la solution.

Les dirigeants mondiaux se réuniront à Vienne en mars 2008 pour rendre compte des avancées du plan de l’ONU de réduction de l’offre et de la demande de drogue, adopté en 1998 et qui court jusqu’en 2008. L’Union européenne est certes mieux équipée, et les investissements sont plus élevés dans la prévention et le traitement de la toxicomanie. Mais les chiffres montrent aussi qu’il est nécessaire de poursuivre la coopération au niveau européen afin de mettre un terme aux activités des criminels responsables de la production, du trafic et de la vente de drogues illicites à grande échelle. Telle est l’opinion du vice-président de la Commission européenne, Franco Frattini. Giusto Catania a critiqué sévèrement la statégie des Nations Unies de lutte contre la drogue qui, selon lui, a abouti "à une hausse sans précédent de la consommation de drogue" dans l'UE. Cette stratégie de guerre contre la drogue, sur laquelle repose le plan d'action de l'UE 2005-2008, "tombe en miettes", a indiqué le député suite à la présentation du rapport de l'OEDT. Selon M. Catania , M. Frattini doit présenter un nouveau programme pour 2008/2012, avec de nouvelles priorités, sans quoi la situation risque de s'aggraver encore. Et le député de signaler que la diffusion du cannabis est plus forte aux Etats-Unis, où les lois sont dures, qu'aux Pays-bas où les lois sont plus permissives. Le député reprend un de ses leitmotiv, selon lequel les mesures repressives sont contreproductives. L'an passé, il avait réclamé la démission du directeur exécutif de l'Office des Nations Unies contre la drogue.

► Signalons que l'ensemble de la presse anglaise et irlandaise s'est montré fortement préoccupé par le développement de la drogue et particulièrement sa diffusion à partir de la République tchèque: Daily Telegraph, Guardian Europe, The Independant, The Times, International Herald Tribune, Irish Times.
► Recommandation du Parlement européen de 2004 sur la stratégie antidrogue de l’Union européenne (2005-2012) (FR) (EN).