Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

L'UE va créer une police européenne du sport sous l'égide d'Europol

pdf mise en ligne :05 12 2007 ( NEA say… n° 43 )

ASILE > Protection temporaire en cas d'afflux massif de personnes déplacées

L'Union européenne a repris à son compte l'idée du président de l'UEFA, Michel Platini, en annonçant la mise sur pied rapidement d'une police européenne pour éradiquer la violence dans le sport de haut niveau, a indiqué le vice-président Frattini, le 29 novembre 2007, à l'issue d'une conférence de deux jours à Bruxelles "Vers une stratégie européenne contre la violence dans le sport".

"Vers une stratégie européenne contre la violence dans le sport" a produit des résultats immédiats, avec en prime des déclarations intéressantes de Michel Platini qui vont au-delà de la violence dans le sport.

"Nous allons créer des équipes européennes qui seront déployées dans le contexte d'évènements sportifs européens et internationaux", a déclaré dans son allocution de clôture le commissaire européen chargé de la sécurité, Franco Frattini (FR) (EN). "Il s'agit de donner un coup de pied à la violence dans le sport" (FR) (EN). A cela, Michel Platini a ajouté : "Je crois que c'est une grande marche en avant dans l'intérêt de notre sport, dans l'intérêt de nos enfants". L'ancien champion s'est félicité de cette mesure qu'il réclamait depuis plusieurs mois: une police du sport, notamment chargée de la lutte contre la violence, mais aussi du dopage, de la corruption et des paris illégaux.

Le financement de la sécurité pour la prochaine coupe de football de l'Euro 2008 en Suisse et en Autriche coûtera 35 millions d'euros, soit dix fois plus que pour la dernière compétition de l'Euro 2004. Et Michel Platini a commenté: "on pourrait utiliser cet argent pour les terrains de foot, pour des ballons, etc.". Il a ajouté qu'on pouvait prendre exemple sur ce qu'ont réussi à faire les anglais, qui sont pratiquement parvenus à éradiquer le phénomène. "Il faut coopérer en équipe pour espérer éradiquer la violence et le racisme, et notamment en vue de la multiplication des évènements sportifs".

Le commissaire Frattini a annoncé qu'il proposerait début 2008 le financement d'un programme européen de formation de policiers, afin de constituer des équipes placées sous la coordination d'Europol et composées de personnes spécialement entraînées à la lutte contre la violence dans les stades. Les polices européennes ont déjà coopéré avec succès lors de la dernière Coupe du monde de football en 2006 en Allemagne. Pour M. Frattini, le premier module de formation de policiers pourrait même voir le jour avant le commencement du championnat d'Europe des Nations. Le commissaire a également proposé de former des personnels de sécurité (ou "stadiers") européens qui pourront se déplacer lors des rencontres. La libre-circulation des supporters violents doit pouvoir être limitée, voir être rendue impossible. En conclusion, il a plaidé pour un renforcement de la prévention au travers d'un rapprochement entre les autorités publiques, les fédérations sportives, les clubs de football et les associations de supporters, de manière à développer une véritable coopération entre le public et le privé. Le commissaire a déjà annoncé qu'il était prêt à mettre à disposition quelque dizaines de millions d'euros afin de soutenir l'ensemble de ces mesures avec le plein support financier de l'UEFA. Le ministre Rui Pereira, qui assistait à la conférence pour la présidence portugaise, a annoncé que le Conseil européen du 14 décembre 2007 adopterait des conclusions allant dans le sens d'une plus grande sécurité dans le sport. Ce texte portera sur une meilleure coordination des polices pour l'échange d'informations sur les supporters violents et racistes, la reconnaissance au niveau européen des décisions de justice interdisant de voyage et d'entrée dans les stades les personnes condamnées, ainsi que la création d'équipes conjointes de policiers venus de différents Etats membres et chargées d'intervenir lors de ces évènements internationaux. La création de telles équipes constitue, a-t-il expliqué, "un premier pas vers une police européenne du sport".

Au fil du dialogue avec la presse, Michel Platini a exprimé deux réflexions: l'argent n'explique pas tout et pas cette violence; celle-ci est dans la société, comme l'ont reconnu les participants à la conférence. Sa fédération est pleinement reponsable de la violence entre joueurs, vis-à-vis des arbitres, impliquant parfois entaîneurs et personnels d'encadrement, rappelant que comme joueur, au cours d'une longue carrière, il n'avait jamais reçu de carton rouge: ce sera donc tolérance zéro ! Il a souligné qu'il condamne tous les trafics de jeunes (très jeunes, souvent des enfants) apprentis footballeurs professionnels et sa détermination à les éradiquer. Il a rappelé qu'il avait quitté son pays âgé de 26 ans et que 22/23 ans lui semblait le bon âge. Il entend lutter contre les trafics et les excès en tout genre. Nea Say a eu l'occasion d'attirer l'attention à plusieurs reprises sur ce qui est un trafic d'être humains et comme tel condamné par le droit international.

Il était grand temps que ce douloureux problème de la violence, un problème récurrent, soit porté au niveau européen. Celui du dopage commence à apparaître (cf. "Des nouvelles rapides", NEA say... n°42). Un nouveau problème se fait chaque jour plus insistant comme nous l'apprend la presse: celui des paris truqués au moment où les autorités veulent libéraliser les jeux et paris. Nous sommes au coeur de l'Espace européen de liberté, justice et sécurité.

Quelque jours après la conférence, la presse nous apprend que l'UEFA a ouvert une enquête, en coopération avec Europol, sur 15 matches qui auraient pu être truqués au profit de mafias asiatiques et qui impliquent notamment des clubs d'Europe de l'Est et du Sud, selon son président, Michel Platini, cité par l'hebdomadaire Welt am Sonntag. Selon Der Spiegel, le souçon se porte sur des clubs en Bulgarie, Georgie, Serbie, Croatie, dans les Etats baltes. Les soupçons de l'UEFA se porteraient sur 26 matchs, dont trois au 3ème tour préliminaire de la Ligue des champions, deux de la Coupe de l'UEFA et un comptant pour les qualifications de l'Euro 2008. Quinze de ces matches se seraient déroulés pendant la saison en cours et onze de juillet 2005 à novembre 2006. De fortes suspicions porteraient également sur le match qui a opposé le 6 novembre 2007 Liverpool à Bersikas Istanbul (8-0), lors de la 4ème journée de la Ligue des champions. Une conférence conjointe UE/UEFA sur le thème de la corruption et du blanchiment d'argent dans le sport aura lieu en 2008.

De son côté, le ministre albanais de la culture a envoyé une lettre en novembre 2007 à l'UEFA, dans laquelle il invite l'instance dirigeante du football européen à enquêter au sujet de deux matchs des qualifications de l'équipe nationale albanaise à l'Euro 2008. Selon le ministre, il existe des preuves manifestes que le président de la fédération albanaise de football se sert des matchs de l'équipe nationale pour ses propres intérêts, au mépris des sentiments des supporteurs. l'Albanie s'est inclinée 4-2 à domicile contre la Bielorussie, puis 6-1 en Roumanie lors de ses deux derniers marchs de qualification à l'Euro 2008. L'UEFA a annoncé avoir identifié une quinzaine de matchs douteux, évoquant l'influence de parieurs asiatiques. Mais l'UEFA a assuré, contredisant l'hebdomadaire Der Spiegel, qu'aucune de ces rencontres suspectes ne concernait les qualifications à l'Euro 2008.

Nous nous trouvons face à un cas typique où la lutte contre les agissements de la criminalté internationale et organisée ne peut être entreprise que dans un cadre européen structuré et agissant sous le contole des juges et sous le contrôle politique du Parlement européen et des parlements nationaux.

Communiqué de l'UEFA