Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

L'Union européenne ouvre le dossier géostratégique du Changement climatique

pdf mise en ligne :10 02 2008 ( NEA say… n° 47 )

IMMIGRATION > Elargissement

 

L'éditorial de NEA say... du n° 45 "Lutte contre le terrorisme: 2008 un tournant pour l'Union européenne" avait attiré l'attention des lecteurs sur le "terrorisme de demain". Javier Solana vient de transmettre au Conseil des ministres des afffaires étrangères, puis au sommet de printemps (13 et 14 mars 2008) le rapport (FR) (EN) qui lui avait été demandé par le Conseil européen du juin 2007 sur les aspects de sécurité internationale liés au changement climatique. Le rapport formule un certain nombre de recommandations à l'attention des chefs d'Etat ou de gouvernement.

Le réchauffement climatique va avoir un effet multiplicateur sur le nombre et l'intensité des tensions et accroître l'instabilité des zones déjà sensibles. Les pays les plus fragiles vont être les plus affectés et cela vaudra tout particulièrement dans le proche voisinage de l'Union européenne: en Afrique, au Proche Orient, en Asie centrale. De nouvelles tensions vont naître, des frontières modifiées, des pertes de territoires vont résulter de ces changements climatiques. De nouvelles volontés de s'approprier des territoires vont surgir, on le voit dès maintenant à l'occasion de la fonte des glaces du cercle polaire, par exemple: Danemark, Norvège, Canada, Etats-Unis et Russie revendiquent de nouveaux territoires dans le Grand Nord, la Russie est allée planter son drapeau sur une île, voire au fond des mers. Les routes maritimes vont d'ici peu être modifiées de façon radicale.Comment le droit international va-t-il, lui aussi, résister et s'adapter au changement climatique?

Nos lecteurs sont familiarisés avec cette problématique, mais il n'est pas inutile de dire à nouveau que dans certaines régions (au Proche-Orient comme au Sahel par exemple), c'est la manque d'eau qui va provoquer des tensions et pousser les gens à immigrer. L'ONU prévoit un phénomène migratoire touchant des millions de personnes à partir de 2020, pour des raisons liées au changement climatique: sécheresse, pertes de terres arables, inondations... Pour faire face à cette nouvelle situation, l'Union européenne devrait chercher à renforcer les moyens qu'elle a déjà cherché à mettre en oeuvre pour la prévention des conflits, la gestion des crises, la reconstruction et la réponse aux catastrophes.

Concernant les migrations dues à des facteurs environnementaux, le rapport Solana énonce: "Ceux qui sont déjà en butte à de mauvaises conditions sanitaires, au chômage ou à l'exclusion sociale sont plus vulnérables aux conséquences des changements climatiques, qui pourraient provoquer des migrations entre les pays ou en leur sein, ou les emplifier. Selon les Nations Unies, on dénombrera d'ici 2020 des millions de migrants "environnementaux", ce phénomène s'expliquant essentiellement par les changements climatiques. Certains pays extrêmement vulnérables aux changements climatiques demandent déjà que les migrations dues à des facteurs environnementaux soient reconnues au niveau international. Ces migrations pourraient se traduire par une augmentation du nombre de conflits dans les régions de transit et de destination. L'Europe doit s'attendre à une augmentation substantielle des pressions migratoires".

C'est la première fois qu'un rapport officiel européen mais l'accent avec autant d'acuité sur ce nouveau concept "les migrants environnementaux". La presse anglo-américaine plus que la presse continentale a mis l'accent sur cette nouvelle dimension de la sécurité européenne:  International Herald Tribune, FT, The Independent, Wall Street Journal, Guardian. Le journal Le Monde a également attiré l'attention de ses lecteurs.

L'impact des changements climatiques n'est pas un problème lointain, il se pose dés maintenant !

Le rôle de l'UE sera essentiel compte tenu de la place qu'elle occupe dans le domaine du développement et de la politique climatique à l'échelle mondiale et compte tenu du large éventail d'instruments dont elle dispose. Néanmoins, l'UE ne peut agir seule. Prioritairement elle doit renforcer ses connaissances et évaluer plus complètement les moyens dont elle dispose.

Le suivi et l'alerte rapide doivent notamment porter sur des questions telles que les situations de fragilité des Etats et de radicalisation politique, les tensions concernant les ressources, et l'approvisionnement en énergie, les pressions d'ordre environnemental et socio-économique, les menaces pesant sur les infrastructures essentielles et les biens économiques, les conflits de frontières, les répercussions sur les droits de l'homme et les mouvements migratoires potentiels, la planification en matière de protection civile.

Dans le prolongement du succès de la conférence de Bali, l'UE doit poursuivre et intensifier son rôle de chef de file en vue de parvenir en 2009 à un accord ambitieux pour l'après 2012.