Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Royaume-Uni : ratification du Traité de Lisbonne en bonne voie, les Lords écartent l’idée d’un référendum

pdf mise en ligne :10 03 2008 ( NEA say… n° 48 )

LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES > Elargissement

A l'occasion d’un débat à la Chambre des Lords le 1er avril 2008, les Lords ont écarté l’idée d’un référendum sur le traité de Lisbonne. Le Leader de la Chambre des Lords,  Baroness Ashton of Upholland, a indiqué que les clauses d’exemption dont bénéficie le Royaume-Uni lui permettent de ne pas s’engager dans des initiatives contraires aux intérêts du pays. Elle a indiqué, conformément au rapport publié le 28 mars 2008 par la commission constitutionnelle de la Chambre des Lords, que ce traité permettait de renforcer la coopération entre les Etats membres tout en ajoutant que l’Union européenne devait permettre au Royaume-Uni de mieux mettre en œuvre sa politique étrangère. Ce rapport conclut que le nouveau traité n’aurait pas de répercussions majeures sur la souveraineté britannique, mais qu’il clarifie considérablement les limites des pouvoirs de l’Union européenne. La date finale du vote à la Chambre des Lords n’est pas encore connue. 

Les espoirs des Conservateurs pour un référendum ont donc été brisés, alors que plusieurs Libéraux-Démocrates (LibDem) ont déclaré qu’ils s’aligneraient sur la décision du parti travailliste lorsque le projet de loi sera soumis à un vote. Les 15 Pairs du LibDem ont fait part de leur volonté de s’aligner sur le vote du parti travailliste de Gordon Brown. C’est sur eux que reposaient les espoirs persistants des Conservateurs, qui se souvenaient qu’à la Chambre des Communes, les libéraux s’étaient abstenus, obligeant les Travaillistes à se reposer sur leur propre majorité, suffisante malgré quelques rebelles (cf. numéro 47). 

En se référant aux promesses faites par le gouvernement travailliste en 2008, les Conservateurs ont accusé les travaillistes de trahir leurs propres citoyens. Avant le débat, Lord Lament, pair du parti Conservateur, a affirmé qu’il y a un fort sentiment parmi les pairs selon lequel l’engagement du parti travailliste a été rompu.