Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Une cellule sur la torture à la Maison Blanche, révèle le Washington Post

pdf mise en ligne :11 04 2008 ( NEA say… n° 48 )

ASILE > Eurodac

Ces six dirigeants, que le Washington Post nomme "les conseillers en torture de la Maison Blanche", sont entrés, dit l’enquête, lors de réunions secrètes, dans le détail "des techniques d’interrogatoire sévères". Ils ont "virtuellement chorégraphié" des interrogatoires,  autorisant "les coups, la privation de sommeil et le simulacre de noyade dit waterboarding". La CIA recevait à l’époque de multiples demandes de ses agents requérant une autorisation légale pour pratiquer ces tortures. Son chef, M. Tenet, était soucieux de les couvrir politiquement. Les experts en contre-terrorisme étaient convaincu qu’une autre attaque de Al-Quaïda était imminente, explique-t-on et l’on ajoute que cette cellule se réunissait toujours en 2004. Seuls John Ashcroft, ministre de la Justice et le patron de la CIA, M. Tenet, auraient manifesté des réticences sur le fait que la présidence décidait de chaque détail. Ce dernier aurait déclaré à ses pairs : "Pourquoi parlons-nous de ces choses à la Maison Blanche ? L’Histoire ne nous jugera pas de façon favorable".

Dès la capture, au printemps 2002, des premiers suspects soupçonnés d’appartenir à Al-Quaïda en Afghanistan, une cellule a été créée à la Maison Blanche pour déterminer la manière de mener leurs interrogatoires. Ce groupe placé sous l’autorité de Condoleezza Rice, alors conseillère à la sécurité nationale du président Bush, réunissait autour du vice-président Dick Cheney, quatre dirigeants qui, depuis, ont quitté leur poste : le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, le secrétaire d’Etat Colin Powell, le ministre de la Justice John Ashcroft, et le patron de la CIA, George Tenet. C’est ce qu’a affirmé aussi la chaîne ABC, à l’issue d’une enquête menée auprès d’anciens hauts responsables de l’administration.