Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Graham Watson : « Sarkozy a tort sur l’immigration »

pdf mise en ligne :17 04 2008 ( NEA say… n° 49 )

ASILE > Protection temporaire en cas d'afflux massif de personnes déplacées

A l’issue de sa rencontre avec le président Sarkozy le 10 avril 2008, le président du groupe des démocrates et libéraux européens (ALDE) a critiqué le pacte européen sur l’immigration  pour son manque d’ambition.

A l’issue de son entretien avec le président Sarkozy, qui a reçu successivement tous les présidents de groupes du Parlement européen dans le cadre de la préparation de la présidence française, Graham Watson a indiqué que l’approche sectorielle n’est pas bonne. Si le projet de pacte (cf. "La France détaille son pacte européen pour l'immigration", NEA say... n°46) se concentre sur la lutte contre l’immigration illégale et le renforcement du contrôle aux frontières, l’approche n’est pas bonne et il faut en adopter une toute autre. Dans le domaine de la politique européenne de l’immigration, il s’agit au contraire d’avoir une vision globale, a-t-il déclaré dans une interview rapportée par l’Agence Euractiv. M. Watson a souligné que la pénurie de main d’œuvre et le déclin démographique rendent urgente l’adoption d’un processus commun. Il voit plus d’avenir dans le modèle canadien concernant l’intégration des migrants, qui doit avoir la priorité sur toute autre considération. Il faut offrir une autre alternative aux positions du président Sarkozy, qu’il juge trop restrictives en raison de l'approche basée sur l’expulsion. Il faut donner une réponse crédible aux gens et pour l’instant nous n’en avons pas, a-t-il résumé (cf. "Des députés européens veulent faire marcher l'immigration en Europe", dans la présente édition).

Le président du groupe ALDE a déclaré également que les libertés économiques et civiles constitueront d’autres dossiers prioritaires dans la campagne en vue des élections du prochain Parlement européen. Il souligne en outre la nécessité d’atteindre un équilibre politique lors de l’attribution des nouvelles fonctions de président du Conseil européen et du Haut représentant européen des Affaires étrangères, institués par le traité de Lisbonne.