Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

L’immigration fait son entrée sur le chantier de la Défense européenne (PESD), avec la cybercriminalité et le crime international organisé

pdf mise en ligne :05 06 2008 ( NEA say… n° 51 )

IMMIGRATION > Elargissement

Devant l’Assemblée de l’Union de l’Europe occidentale (UEO), Jean-Pierre Jouyet, secrétaire d’Etat français aux affaires européennes, a présenté les priorités de la présidence en la matière. Relancer l’Europe de la défense dans une perspective qui dépasse le cadre de la présidence française.

Dans son discours, Jean-Pierre Jouyet a souligné combien il convient de réactualiser la stratégie de sécurité européenne pour la prochaine décennie. Il ne s’agit pas de revenir sur le document adopté en décembre 2003, ni de le refondre, mais de le mettre à jour par une analyse commune des menaces à partir de laquelle les moyens de défense et les mesures de renforcement de la sécurité pourront être définis. L’actualisation est nécessaire pour des raisons de bon sens, car depuis l’adoption de la stratégie en 2003, l’Union est passée de 15 à 27 membres, elle a mené une quinzaine d’opérations militaires, les relations avec la Russie et les Etats-Unis ont évolué. De nouvelles menaces sont apparues, plus diffuses. Elles incluent des domaines qui habituellement n’étaient pas compris dans la sécurité, comme "les pressions migratoires, les risques écologiques, la cybercriminalité et les trafics en tout genre", nous dit Jean-Pierre Jouyet.

L’entrée en vigueur du traité de Lisbonne va apporter de nouveaux instruments, comme la "coopération structurée permanente" (CSP), qui a vocation à se comparer à la coopération de Schengen première manière, c’est-à-dire à jouer un rôle moteur et déterminant dans la structuration d’une avant-garde.