Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Amnesty International : l’UE n’a toujours pas reconnu son rôle dans l’affaire des prisons secrètes de la CIA - Nouvelle publication du Conseil de l’Europe

pdf mise en ligne :08 07 2008 ( NEA say… n° 52 )

ASILE > Eurodac

Amnesty International a publié le 24 juin 2008 un nouveau rapport « State of denial : Europe’s role in rendition and secret detention ».

Dans ce rapport, Amnesty montre que les Etats européens n’ont toujours pas reconnu les violations commises par leurs ressortissants ou sur leur territoire, ni ouvert d’enquêtes sur ces agissements.

Amnesty souligne que sept présidences de l’UE se sont succédées depuis que l’implication européenne dans les restitutions illégales de prisonniers a été révélée. Depuis lors, aucune action, ni même a fortiori d’aveu de complicité n’ont été faits. "Le danger ne réside pas uniquement dans le manque de cohérence et de respect des valeurs de l’UE, mais surtout dans le fait de permettre à ces violations graves de continuer".

Amnesty profite de ce nouveau rapport pour redemander qu’une action concertée de toute l’Europe soit lancée pour éviter la répétition de ces violations. Le rapport donne également des informations complémentaires sur six cas, impliquant 13 personnes, ainsi que sur l’implication d’Etats européens (Suède, Allemagne, Italie, Macédoine, Bosnie) dans les programmes secrets de la CIA pour transférer des suspects dans des prisons où ils risquaient d’être violemment torturés. Le rapport mentionne aussi la Pologne comme pays ayant probablement abrité un centre de détention secret. Le New York Times, rappelle Amnesty, cite dans son édition du 21 juin 2008 un officier de la CIA, sous couvert de l’anonymat, qui confirme que l’un de ces sites noirs existait bien à Szymany, à quelque 160 kilomètres de Varsovie, nouvelle immédiatement démentie par le ministre polonais de la défense.

Communiqué de presse (EN)
Texte intégral du rapport (EN) 

Une nouvelle publication du Conseil de l’Europe est sortie fin juin 2008 sur les détentions secrètes et les transferts illégaux de détenus sous la coordination de la CIA. Cette publication est intitulée "La CIA au-dessus des lois ? Détentions secrètes et transferts illégaux de détenus en Europe". La publication détaille les enquêtes menées par Dick Marty, dont NEA say... a largement rendu compte. La publication reprend également l’avis juridique de la commission de Venise (FR) (EN).