Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

La police de New York dresse le portrait robot du futur terroriste - Hésitation de la Commission sur le phénomène de radicalisation

pdf mise en ligne :08 07 2008 ( NEA say… n° 52 )

ASILE > Protection temporaire en cas d'afflux massif de personnes déplacées

La radicalisation en Occident, thème de recherche privilégié dans l'Union européenne, reçoit un éclairage particulier de la police de New York. Gille de Kerchove rappelle que la prévention constitue un des quatre axes de la stratégie de l'Union européenne dans la lutte contre le terrorisme.

A travers des cas pris sur le continent américain, en Europe et en Australie (y compris les poseurs de bombes de Madrid et Londres) l'étude constate une grande uniformité de comportement et de recrutement, et dans leurs parcours.

Le profil du terroriste est celui de gens ordinaires, qui occupent des emplois ordinaires et mènent des vies ordinaires et sont sans antécédents criminels. C'est pour celà qu'ils ne sont pas sur les "écrans radars" de la police. C'est l'une des conclusions de la police de New York (NYPD).

Le rapport constate qu’une culture secondaire radicale se développe au sein des communautés musulmanes les plus vulnérables de la diaspora. Depuis plusieurs années, elles donneraient naissance à une sorte de djihad autonome en Occident : il n’est ni commandé, ni contrôlé, ni financé par al Qaïda, mais inspiré par le mouvement terroriste. Le rapport décrit un processus en quatre étapes dans la constitution d’un groupe : pré-radicalisation, auto-identification, endoctrinement, et djihadisation.

 

La transformation d’un individu vivant en occident en un terroriste, souligne la police new-yorkaise, n’est pas déclenchée par l’oppression, la douleur, la vengeance ou le désespoir, mais par un mal-être, la recherche d’une identité, l’échec de l’Europe à intégrer économiquement et socialement la deuxième voire la troisième génération de ses immigrés qui sont laissés déchirés entre l’occident laïc et leur héritage religieux. C’est ce conflit intérieur qui les rend vulnérables aux visées extrémistes à la rhétorique radicale. L’exposition constante à des crises politiques (Afghanistan, Bosnie, Tchétchénie, Iraq, Palestine, Israël…)sont autant d’incubateurs. Tous n’en deviendront pas terroriste, mais tous seront frappés en fréquentant ces lieux "incubateurs de radicalisation" : lieux de prière, cafés, prisons, locaux d’association, librairies, bars à narguilé et bien sûr Internet. C’est là que se constitue le groupe d’où se dégagera le chef opérationnel.

 

En conclusion, la police new-yorkaise fait observer qu’il sera difficile de qualifier ce réseau qui se forme, se prépare, voire s’entraîne mais qui à proprement parler n’a pas encore commis le moindre acte.

 

Prenant la parole lors de la journée d'études à Paris du groupe PPE-DE, Gilles de Kerchove, coordinateur anti terroriste de l'Union européenne, a rappelé que la Commission européenne "hésite"  à présenter une communication sur le problème de la radicalisation pour ne pas stigmatiser une communauté alors qu'elle a des choses à dire (éducation, formation, notamment des imans, dialogue interculturel). Par ailleurs, elle a collecté les meilleures pratiques des pays de l'UE dans ce domaine. Il a identifié 5 Etats membres qui sont prêts à prendre le leadership pour aller plus vite dans certains domaines: le contre-discours pour neutraliser les thèses des terroristes, la formation des imans, la police de proximité. Il a rappelé les grandes lignes de sa stratégie déjà évoquées à plusieurs reprises par NEA say... Il faudrait, souligne-t-il, augmenter les capacités de résistance des Etats membres, mobiliser les ressources de l'UE au Sahel, au Pakistan, et renforcer sur ce point le dialogue transatlantique. Il a cité ausi des améliorations dans les autres axes que la prévention, à savoir: la réponse, la protection et la poursuite.S'agissant de la protection, il convient de mettre l'accent sur la protection des infrastructures critiques et les nouvelles technologies de sécurité (il y a une enveloppe, rappelle-t-il, de 1,4 milliard d'euros prévue pour la prériode 2007-2013). En matière de poursuite, il a appelé de ses voeux la définition par le Conseil (en association avec le Parlement européen) des contours d'une politique européenne de collecte et de partage des données, la création d'un vrai mandat d'obtention des preuves, ou encore une meilleure collaboration entre Europol et Eurojust. Enfin il a conseillé que les services de renseignements travaillent avec la police.