Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Dialogue interculturel et interreligieux : un impératif pour l’Europe

pdf mise en ligne :18 07 2008 ( NEA say… n° 53 )

COOPERATION JUDICIAIRE CIVILE > Matières matrimoniale et de responsabilité parentale

De Madrid à Strasbourg en passant par Bruxelles. Madrid où l’Arabie Saoudite et son souverain ouvrent une conférence, Strasbourg et le Livre blanc du Conseil de l’Europe, Bruxelles et son année du dialogue interculturel.

Personne n’aurait eu l’idée d’associer l’Arabie saoudite et son roi Abdallah à une quelconque audace en matière de religion. Il vient pourtant d’ouvrir une conférence qui affiche la volonté  de rassembler les trois religions du Livre, chrétienne, juive et musulmane. C’est une bonne nouvelle. Cette ouverture correspond aussi à des intérêts bien compris. Les organisateurs, la Ligue islamique mondiale, basée à la Mecque, estiment que les trois monothéismes vise à « promouvoir la justice et la paix, préserver la structure familiale et faire face aux fléaux du terrorisme, de l’injustice et des stupéfiants ». En juin,, le souverain saoudien avait défendu son idée de la conférence de Madrid devant des centaines de savants sunnites et chiites, réunis à la Mecque, le roi avait rappelé que les valeurs communes « répugnent à la traîtrise, rejettent le crime, combattent le terrorisme ».

 

Les travaux se sont conclus par un appel à combattre "les causes profondes du terrorisme (...), un phénomène universel qui doit être combattu sérieusement, de manière juste et responsable, grâce à un effort international commun."  Le roi d'Arabie saoudit , dans son discours inaugural avait souligné combien "les différences ne doivent pas conduire à des conflits (...) Les tragédies que nous avons connues, n'ont pas été causées par la religion mais par l'exteèmisme de certains croyants dans toutes les religions et dans tous les systèmes politiques". La conférence de Madrid a souhaité l'organisation d'une session spéciale de l'Assemblée générale des Nations Unies consacrée au dialogue interreligieux.

 

De nombreux projets concurrents ont vu et verront le jour. Après un échange de lettres entre le Vatican et plusieurs de dignitaires  musulmans de divers courants le principe d’un forum réunissant chrétiens et musulmans a été arrêté. Une première rencontre à laquelle assistera le pape est prévue début novembre. La Commission réunit rituellement les autorités religieuses des trois religions. Ces réunions sont un des éléments de sa stratégie de lutte contre le terrorisme, dans le cadre de la lutte contre la radicalisation et le recrutement  de futurs terroristes (cf n° 52 de Nea say).

 

La diversité culturelle est inhérente à toute société humaine. La promotion d’un dialogue, de la mutuelle compréhension, de la réconciliation de la tolérance est un impératif de survie. La gestion démocratique de la diversité culturelle de l’Europe est une des priorités politiques du Conseil de l’Europe. Cette volonté connaît un premier aboutissement avec la présentation le 26 juin à Strasbourg du « Livre blanc sur le dialogue interculturel », proposé à Varsovie au troisième Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement (mai 2005), décidé par la conférence des ministres européens de la culture en octobre 2005 (déclaration de Faro). Ce livre blanc  intitulé "Vivre ensemble dans l'égale dignité" fournit un cadre conceptuel et un guide aux décideurs politiques et aux praticiens.. Le 7 juillet dernier, la réunion à haut niveau des représentants du Conseil de l’Europe, de l’OSCE et des Nations unies  a reconnu que la promotion du dialogue interculturel et la gestion de la diversité culturelle restent des priorité pour leurs organisations.

 

Sites de références et textes de références.

 

Quant à l'Union européenne , elle est engagée dnas dans son année européenne du dialogue interculturel (AEDI) 2008 décidée par le Parlement européen et le Conseil le 18 décembre 2006. L'Union européenne estime que son élargissement, la mondialisation, la déréglementation du droit du tavail ont accru le caractère multiculturel de beaucoup de pays, s'ajoutant au nomnbre de langues, religions, groupes ethniques et cultures présents sur le territoire de l'Union. En conséquence, le dialogue interculturel a un rôle de plus en plus important à jouer dans le renforcement de l'identité et de la citoyenneté européenness.. Cette année du dialogue interculturel encouragerz les citoyens à exploer les avantages de son riche patrimoine culturel et à s'ouvrir sur ses différentes traditions culturelles.