Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

La Chine ne reviendra pas sur sa décision de censurer l’internet. lors des JO. La levée partielle de la censure ne doit pas faire illussion.

pdf mise en ligne :31 07 2008 ( NEA say… n° 53 )

IMMIGRATION > Protection de la santé

La Chine a indiqué le 30 juillet qu’elle ne reviendrait pas sur sa décision de censurer l’Internet pendant les Jeux olympiques, soulignant que les sites concernés enfreignaient les lois chinoises, seuls quelques sites sont concernés, a indiqué le porte-parole du comité d’organisation.

« Nous espérons que les médias étrangers pourront respecter les lois et règlements de la Chine » a commenté le porte-parole. Comme les 253 millions d’internautes chinois, les journalistes étrangers accrédités pour les JO de Pékin n’auront qu’une version, contrairement aux promesses des autorités. Cette décision confirmée à seulement 10 jours de l’inauguration a déclenché partout une intense polémique et de l’inquiétude comme le rapporte en synthèse, le journal le Monde du  31 juillet et  c’est au moment de prendre leur envol que les journalistes ont appris par le site officiel que les connexions depuis le MPC (Main Press Center) seraient limitées.

 

Journalistes et reponsables olympiques se sont indignés que l’engagement d’assouplir le contrôle du Web pendant les jeux ne soit pas tenu. Les sites et pages concernant le mouvement Falungong et d’autres sites non précisés, resteront verrouillés pour les 5000 journalistes présents et travaillant au centre principal de presse a confirmé le Porte-parole de l’organisation, Sun Weide. Depuis le MPC, l’Agence France Presse (AFP) a pu constater l’impossibilité d’accéder à des sites dissidents pro-tibétains ou ceux d’organisation des droits de l’homme, comme Amnesty  international ou Reporters sans frontières.  Concernant Amnesty international, la mesure a été rapportée. Mais on s'interroge:  pourquoi et pour combien de temps.Or le président du CIO Jacques Rogge, s’était félicité publiquement, il y a quelques jours, de la liberté accordée à la presse étrangère : dans un entretien accordé à l’AFP il avait assuré »pour la première fois les médias étrangers pourront faire des reportages librement, les transmettre librement en Chine. Il n’y aura pas de censure sur Internet ».

 

Les critiques les plus vives visent directement le Comité olympique international qui a dû multiplier des excuses "piteuses", accablantes devant tant de naïvetés.Certes Pékin n'est pas resté totalement insensible aux pressions et la levée très partielle de la censure est purement tactique, et peut toujours et à tout moment être remise en cause. Il reste inacceptable que le gouvernement chinois décide selon son humeur qui et pour combien de temps tel ou tel site est censuré. Inadmissible pour les 253 millions d'internautes chinois, mais que dire d'une censure qui frappe les étrangers présents à Pékin? Ils doivent affronter des barrages techniques et humains à tous les niveaux. Que signifient ces "Chartes d'autorégulation"  par lesquelles on s'engage à en lever toute information sensible ou susceptible de nuire à la sécurité de l'Etat? 30 000 cyberpoliciers veillent ...

 

 Le 28 juillet Amnesty a diffusé un rapport, Human Rights Watch a réalisé un document à l’attention des journalistes et Reporters sans frontières a réalisé un petit manuel de l’anti-censure où sont indiquées quelques recommandations pour déjouer la vigilance des autorités chinoises. La Fédération internationale des journalistes (IFJ) lance un appel : "Censorship has no place at the Olympics" !