Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Le Parlement européen s’inquiète de l’absence de progrès suffisants en matière d’égalité entre les femmes et hommes, notamment en ce qui concerne les écarts de rémunérations. Il se prononce en faveur de quotas électoraux

pdf mise en ligne :17 09 2008 ( NEA say… n° 54 )

IMMIGRATION > Conditions d'accueil des réfugiés

En adoptant le 3 septembre, par 563 voix pour, 65 contre et 6 abstentions, le rapport d’initiative de Iratxe Garcia Perez ( PSE, Espagne) sur l’égalité hommes/ femmes, le Parlement européen s’est clairement prononcé en faveur de la double approche  qui consiste , d’une part, à assurer l’égalité dans tous les domaines et, d’autre part à mettre en place des mesures ciblées pour réduire les discrimination. Violences faites aux femmes et efforts pour parvenir à des emplois qualifiés ont également retenu l’attention des députés.

Les députés se sont  félicités du rapport de la Commission qui préconise une double approche. Pour eux les défis sont principalement à relever sur le plan qualitatif souligne le rapport (FR) (EN). Si les progrès  en matière d’emploi des femmes sont indiscutables sur le plan quantitatif, le taux d’emploi des femmes a progressé chaque année pour atteindre 57,2% , soit 3,5 points de plus qu’en 2000 , l’aspect qualitatif reste problématique. En effet l’écart de rémunération dans l’UE reste stable à 15% depuis 2003, la ségrégation en fonction du secteur et du type de poste ne baisse pas, voire augmente dans certains pays. La présence des femmes dirigeantes stagne dans les entreprises à 33% et ne progresse que très lentement au niveau politique, avec 23% de femmes députées au niveau national et 33% au niveau européen.

 

Des efforts sont également à faire au niveau de la conciliation entre la vie professionnelle et la vie familiale, en témoigne la chute importante du taux d’emploi des femmes ayant de jeunes enfants à charge (-13,6 points en moyenne). Par ailleurs, plus des trois quarts des travailleurs à temps partiel sont des femmes.

 

Les parlementaires sont « préoccupés » par l’absence de progrès en ce qui concerne les écarts de rémunération entre les hommes et les femmes. Ils soutiennent la proposition de la Commission consultative sur l’égalité des chances visant à renforcer la législation européenne en imposant aux employeurs l’obligation de réaliser des audits sur les salaires et de développer des plans d’actions pour résorber l’écart salarial. Les  demandent également aux institutions européennes et aux Etats membres de déclarer le 22 février « Journée internationale de l’égalité salariale ».

 

Les députés estiment que la participation des femmes à la prise de décision au niveau local, national et européen est insuffisante et invitent la Commission, les Etats membres et les partis politiques « à envisager des actions positives pour améliorer la situation » (…) L’utilisation de quotas électoraux a des effets positifs sur la représentation des femmes », souligne le rapport.

 

Parmi les mesures proposées pour concilier la vie professionnelle, la vie privée et la vie familiale,les parlementaires proposent d’améliorer l’accord cadre relatif au congé parental par la mise en place de mesures d’incitation de nature à encourager les pères à prendre un congé parental, le renforcement des droits des travailleurs prenant un congé parental et l’assouplissement du régime des congés, de la durée et de l’indemnisation du congé parental.

 

 Les violences faites aux femmes représentent un obstacle majeur à l’égalité entre les femmes et les hommes et constituent une violation manifeste des Droits de l’Homme et l’une des plus répandue estiment les députés. Ils appellent également la Commission et les Etats membres à lutter contre la criminalité organisée et à adopter de nouvelles mesures pour décourager la demande en matière de prostitution.