Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Rendre Internet plus sûr pour nos enfants : une volonté unanime au sein de l’Union européenne

pdf mise en ligne :24 10 2008 ( NEA say… n° 56 )

COOPERATION JUDICIAIRE CIVILE > Reconnaissance mutuelle

Le Parlement européen vient de voter en faveur d’un nouveau programme quinquennal (2009-2013) de 55 millions d’euros pour lutter contre les contenus et comportements illicites et préjudiciables telles que les manipulations psychologiques et harcèlements électroniques. Il s’agit d’aller plus loin que simplement lutter contre le matériel pédopornographique ou violent. La Commission se félicite du soutien que lui apporte le Parlement.

Dans le prolongement du programme « Safer internet plus », dont le financement se termine à la fin de l’année, l’Union européenne s’est préparée pour la période 2009-20018. Ce nouveau programme a été adopté (FR) (EN) le 22 octobre par 672 voix pour, 9 contre et 19 abstentions, ce qui devrait permettre à la Commission de le mettre en œuvre dès le 1er janvier prochain.

 

Le programme insiste davantage sur certains phénomènes nouveaux comme le harcèlement électronique et la manipulation psychologique des enfants en vue d’abus sexuels. Le programme vise à financer des projets qui contribueront à la réalisation de quatre grandes priorités :

 

    -.sensibiliser les enfants, les parents, les enseignants, et aider les points de contact qui les conseillent sur les moyens d’assurer leur sécurité en ligne ;

 

    -.mettre les points de contacts nationaux à la disposition du public pour qu’il puisse signaler les contenus illicites et les comportements préjudiciables, notamment les documents pédopornographiques et les pratiques de manipulation psychologique (« grooming ») ;

 

    -.encourager les initiatives d’autorégulation dans ce domaine et stimuler la participation des enfants à a création d’un environnement en ligne plus sûr ;

 

    -établir une base de connaissances sur l’utilisation des nouvelles technologies et des risques inhérents à cette utilisation en faisant coopérer à l’échelon européen les chercheurs actifs dans le domaine de la sécurité des enfants enligne.

 

Le budget de 55 millions sera utilisé comme suit : 48% pour sensibiliser le public, 34% pour lutter contre les contenus illicites et s’attaquer aux comportements illicites ou préjudiciables, 10% pour promouvoir un environnement en ligne plus sûr et  8% pour établir une base de connaissances.

 

Ce sont les députés qui ont insisté sur la nécessité de combattre le harcèlement électronique et la manipulation psychologique des enfants afin de lutter contre tous les dangers. Le rapporteur Roberta Angelilli (UEN, IT) a expliqué : "que la priorité devrait être portée sur la prise de conscience des jeunes des formes d’abus existants et sur l’importance et la valeur que peut avoir leur vie privée ".

 

Soulignons que le risque d’exposition des enfants est réel puisque selon un récent Eurobaromètre, 74% des jeunes  de 12 à 15 ans utilisent Internet au moins trois heures par jour. Près de 500 000 images pornographiques impliquant des enfants circulent chaque année sur le web. Presque autant d’images d’abus sexuels ont été répertoriées concernant 20 000 enfants dont 500 d’entre eux ont pu être identifiés au cours de ces 7 dernières années.

 

Développer des outils pédagogiques : le programme propose la mise en place, en coopération avec les fournisseurs de services enligne, d’un label commun « sûr pour les enfants » destiné aux pages web. Les participants au programme « internet plus sûr » seront encouragés à élaborer un système de symboles ou de messages d’avertissements indiquant des catégories d’âge par contenu. Les députés suggèrent également la création d’un paquet –formation à l’intention du personnel enseignant, des personnes s’occupant des enfants et des parents. Des actions seront encouragées en vue de permettre aux enfants de faire un usage responsable des technologies en ligne, en particulier grâce à une éducation aux médias et à des programmes d’éducation.

 

Faire obstacle au développement de contenus illicites : il est envisagé d’améliorer l’information du public sur l’existence de points de contact et de mettre en place des lignes téléphoniques d’urgence pour le signalement des contenus illicites et des comportements préjudiciables en ligne. Les députés encouragent également la conception et le développement d’outils technologiques efficaces, comme des filtres, qui pourront ensuite être mis à disposition des utilisateurs. Etant donné qu’un contenu illicite peut être facilement téléchargé dans un pays et visionné dans un autre, les députés souhaitent en outre faciliter l’échange d’informations entre les Etats membres.

 

« Les enfants et les adolescents sont confrontés à de nouveaux problèmes lorsqu’ils utilisent les services du web 2.0. L’UE coordonnera les actions visant à donner les moyens de défense nécessaires aux enfants et à les protéger », a déclaré Viviane Reding membre de la Commission européenne en charge de la société de l’information et des médias à l’issue du vote positif du Parlement européen. "Je suis particulièrement heureuse que le Parlement ait examiné si rapidement la proposition de la Commission et qu’il ait vigoureusement appuyé nos propositions en vue de rendre l’internet plus sûr pour les enfants. Je suis convaincue que le nouveau programme « Safer Internet » jouera un rôle essentiel dans notre compréhension des enjeux relatifs aux risques en ligne pour les jeunes et les enfants et apportera une aide concrète à de nombreux jeunes internautes et à leurs parents ".

 

Le nouveau programme devrait maintenant être approuvé par le Conseil des Ministres avant la fin de l’année.