Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Le Rapport de 2008 de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies

pdf mise en ligne :31 10 2008 ( NEA say… n° 57 )

ASILE > Protection temporaire en cas d'afflux massif de personnes déplacées

Sommes-nous réellement dans une phase de stabilisation?Le 5 Novembre 2008 a eu lieu la présentation du rapport annuel de l'Observatoire Européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) au Parlement Européen. M. Wolfgang Götz, directeur de l'OEDT en a présenté des données significatives concernant la situation actuelle des drogues en Europe et de leurs méfaits.
 

You cannot escape the responsibility of tomorrow by evading it today.

Abraham Lincoln

 

Le cannabis, consommé par 4 millions d'adultes quotidiennement ou quasi quotidiennement reste la drogue plus répandue dans le monde entier pendant que le trafic de la cocaïne progresse de façon préoccupante et est répandu en particulier dans l'ouest et le sud de l'Europe[1]: prés de 12 millions d'Européens en ont consommé au moins une fois dans leur vie.

 

Les amphétamines, ecstasy et LCD sont, au contraire, plus répandus au Nord, Centre et Est Europe, en particulier dans les nouveaux Etats Membres. 11 millions d'Européens ont déjà consommé des amphétamines au moins une fois dans leur vie et 9,5 millions ont déjà essayé l'ecstasy.

 

De nouvelles drogues font surface sur le marché dont le fentanyl qui serait « considérablement plus puissante que l'héroïne et l'usage de cette substance peut être particulièrement dangereux ».

 

En ce qui concerne les opiacés, ces derniers causent 80% des overdoses mortelles en Europe. L'héroïne est responsable pour la majorité des 7000-8000 décès par an[2] et l'Europe et la Norvège abritent entre 1, 3 et 1,7 millions d'usagers. Chaque année, 3000 nouveaux cas de HIV sont liés à l 'utilisation de seringues utilisées pour injecter  des drogues et plus de 40% des usagers de seringues ont moins de 25 ans.

Parallèlement, le prix du gramme d'héroïne a diminué progressivement depuis 2001, oscillant en 2006 entre 14,5 euros en Turquie et 10 euro en Suède.

 

Autres données préoccupantes :

 

- Le coût  lié au problème de la drogue pour chaque citoyen européen est de 60euro.

 

- Le taux d'augmentation des crimes et délits liés à la drogue entre 2001 et 2006 a augmenté de 36%. D'ailleurs, si les délits liés à l'offre ont augmenté de 12 %, ceux concernant la possession de drogues ont progressé de plus de 50 %. Le cannabis reste la drogue le plus souvent associée à des infractions prévues par la législation antidrogue

 

- Plus de 200 produits psychoactifs naturels, semi-synthétiques et synthétiques, sont vendus par des boutiques en ligne en Europe. Beaucoup de ces substances se définissent comme des «euphorisants légaux» ou des «euphorisants végétaux» et sont vantées comme autant d'alternatives aux substances contrôlées, bien que leur statut légal effectif varie considérablement d'un pays européen à l'autre.

 

 

Malgré ces données préoccupantes, Mr. Wolfgang Götz a tenu à précisé que l'Europe serait entrain de rentrer dans une phase de stabilisation.

 

Mr Jacques Barrot avait présenté en Septembre le plan d'action pour 2009-2012 avec le lancement d'une alliance pour réduire l'offre et la demande, combattre le trafic de drogues et agir au niveau international. Pendant cette campagne, la Commission a l'intention d'utiliser comme recours le monde du spectacle pour favoriser la sensibilisation des jeunes.

 

Le programme peut être trouvé en toutes les langues sur ce site ci: www.emcdda.europa.eu/events/2008/annual-report et se divise en 8 chapitres:

- Politiques et législations (Évolution des politiques internationales et européennes - Stratégies nationales - Dépenses publiques - Législation nationale - Criminalité - Recherche au niveau national),

- Réponse au phénomène de la drogue en Europe — Vue d'ensemble (Prévention - Traitement - Réduction des risques - Réinsertion sociale - Réponses sanitaires et sociales en milieu carcéral)

- Cannabis (Offre et disponibilité - Prévalence et modes de consommation – Traitement)

- Amphétamines, ecstasy et LSD (Offre et disponibilité - Prévalence et modes de consommation - Espaces récréatifs – Traitement)

- Cocaïne et crack (Offre et disponibilité - Prévalence et modes de consommation - Traitement et réduction des risques)

- Usage d'opiacés et injection de drogue (Offre et disponibilité d'héroïne - Estimations de la prévalence de l'usage problématique d'opiacés - Usage de drogue par voie intraveineuse - Traitement de l'usage problématique d'opiacés)

- Maladies infectieuses et décès liés à la drogue (Maladies infectieuses - Prévention des maladies infectieuses - Mortalité et décès liés à la drogue - Réduction du nombre de décès)

- Nouvelles drogues et tendances émergentes (Action de l'UE concernant les nouvelles substances psychoactives)

 

Chiara le Perseidi


[1] Deux tiers des saisies de cocaïne en Europe proviennent d'Espagne et du Portugal

[2] Ce qui équivaut à dire que "chaque heure, un de nos citoyens meurt à cause de la drogue".