Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Visa : G.W. Bush a annoncé la suppression des visas pour six pays de l’UE

pdf mise en ligne :31 10 2008 ( NEA say… n° 56 )

IMMIGRATION > Protection temporaire en cas d'afflux massif de personnes déplacées

C’est un début de solution à un problème qui existe depuis plusieurs années. L’affaire de la réciprocité en matière de visas est un sujet important de litige avec les Etats-Unis.

Le président américain, George Bush, a annoncé le vendredi 17 octobre la suppression de l’exigence de visa pour les ressortissants de six nouveaux pays de l’UE pour entrer aux Etats-Unis pendant 90 jours. Il s’agit de la République tchèque, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie et la Slovaquie qui selon lui remplissent les conditions de dispense de dispense du Visa Waiver Program (VWP). M. Bush a souligné qu’en contrepartie les six pays concernés ont accepté en retour de partager des informations avec les Etats-Unis pour lutter contre le terrorisme. »Bientôt les citoyens de ces pays pourront entrer aux Etats-Unis pour affaires ou pour faire du tourisme sans disposer de visa ». La dispense devrait entrer en vigueur dans environ un mois, a-t-il dit, comme possible point de départ pour l’extension du VWP à cas pays. Le président a ajouté que le processus restait ouvert pour les six derniers des 27 qui restent soumis à l’obligation de visa : Bulgarie, Chypre, Grèce, Malte, Pologne et Roumanie. Alors que Malte espère pouvoir encore entrer dans le VWP d’ici la fin de l’année, les autres pays devront certainement encore attendre. Grèce et Pologne ont reçu l’information avec déception, amertume même. Pour la Commission, le vice-président Jacques Barrot en charge du dossier a assuré que la Commission allait continuer à travailler avec les autorités américaines pour obtenir le même traitement pour tous les citoyens européens sans exception.

 

cf.International Herald Tribune