Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Une nouvelle diplomatie religieuse ? Du dialogue interreligieux à un dialogue culturel et civilisationnel

pdf mise en ligne :18 11 2008 ( NEA say… n° 57 )

IMMIGRATION > Système d'information Schengen

Après le sommet de Madrid en juillet, celui de Rome, une rencontre à haut niveau à l'ONU. Les institutions européennes (Parlement, Commission et Présidence du Conseil réunis) ont de leur côté multiplié les manifestations.

Le Sommet sur la culture de paix (11-12 novembre) dénonce l'usage de la religion pour justifier le terrorisme. L'initiative de New York comme celle de Madrid revient au roi Abdallah d'Arabie saoudite où il a profité de l'ouverture du G20 consacré à la crise financière et économique. Le roi qui règne sur un pays qui pratique le régime religieux, un des plus rigoureux du monde islamique, a plaidé pour « la paix et l'harmonie (…) les différends entre religions et cultures ont conduit au fanatisme et déclenché des guerres destructrices et l'effusion de sang sans justification aucune ». Le président israélien Shimon Peres a salué « le début d'une nouvelle histoire (…) l'initiative du roi a donné un ton nouveau à la politique au Proche-Orient ». Bien  des concepts font encore l'objet de controverses âpres : la notion de diffamation religieuse, ou de liberté religieuse. Depuis le 11 septembre et l'affaire des caricatures de septembre 2005, sans parler du discours du pape à Ratisbonne, (cf NEA say…)les esprits évoluent les idées et les personnes bougent. On est passé d'un dialogue interrelligieux qui a toujours existé à un dialogue des civilisations et de la culture. L'Europe n'est elle pas dans son année du dialogue interculturel, mais qui s'en est aperçu alors que l'année se termine ? Cf  dans ce numéro autre information sur le rôle des médias

 

A côté des théologiens et des intellectuels, à leur tour les diplomates et les politiques sont entrés en discussion et ont pris  position sur l'argument religieux qui était relégué aux oubliettes des vieilleries du passé. Cette évolution pourrait se révéler capitale.

 

Dernier témoignage en date, l'appel de Jorge Sampaio au Parlement européen : "travaillons ensemble pour que le dialogue interculturel soit fructueux".Jorge Sampaio, Haut représentant des Nations Unies pour l'Alliance des civilisations et ancien président du Portugal, s'est adressé le 23 octobre aux députés européens lors d'une séance solennelle. Invité dans le cadre de l'année européenne du dialogue interculturel, il a insisté sur l'impoetence de rechercher une meilleure gouvernance de la diversité culturelle et a examiné plus précisément la question de l'intégration des Musulmans en Europe.

 

Accueillant Jorge Sampaio, le président du Parlement européen, Hans-Gert Pöttering, a souligné la contribution importante de l'Alliance des civilisations et de son président dont il a relevé les propositions détaillées et utiles, comme l'idée de concevoir des manuels scolaires visant une meilleure compréhension mutuelle. Il a souligné que l'Union européenne s'efforce de dépasser les déclarations d'intention et mener des actions concrètes : organisation de la semaine africaine au début du mois d'octobre, puis la semaine arabe, la tenue en novembre de l'évènement « EuroMed-Scola » (FR) (EN) qui regroupe à Strasbourg des jeunes étudiants de tous les Etats membres et des pays du sud de la Méditerranée.

 

Jorge Sampaioa lu le message du secrétaire général des Nations Unies destiné au Parlement européen où il soulignait que « tout au long de son histoire, l'Europe qui a connu de terribles conflits armés trouvant souvent leur origine dans les préjugés et la haine. Pourtant le continent a été le terreau fertile des plus remarquables innovations, de créations artistiques et de progrès scientifiques ».La diversité de l'Europe, a-t-il poursuivi, et sa position stratégique en ont fait « un pont important entre les civilisations ». L'Europe doit aujourd'hui aire face à des défis importants comme les migrations, les incertitudes économiques et les tensions politiques. Mais c'est précisément dans cette région qu'existent « des opportunités de réconciliation et de coopération ». Il a invité le Parlement européen à poursuivre toutes initiatives qui « améliorent le quotidien des citoyens et créent un bastion contre l'intolérance et les extrémismes ». Il a n outre assuré le parlement européen du soutien des Nations Unies dans ses efforts, notamment grâce à une Initiative de l'Alliance des Civilisations : le Fonds de solidarité des jeunes pour la promotion du dialogue. « la tolérance entre les cultures, le dialogue, le respect et la compréhension doivent être les piliers du monde meilleur que nous essayons de construire ». Et de conclure : « Retroussons nos manches, travaillons ensemble pour que le dialogue interculturel soit fructueux ».

 

Reprenant la parole en son nom, Jorge Sampaio  a présenté l'Alliance des civilisations comme « un défi à la démocratie et une question essentielle de la politique internationale en raison de la mondialisation, l'augmentation des migrations et le 11 septembre ». Il a déploré à ce titre que « l'accroissement des fossés de tous types, l'érosion de la cohésion sociale et l'élargissement des clivages entre les sociétés (…)un malaise généralisé s'est exprimé par une augmentation des tensions intra et inter-communautés et la méfiance mutuelle ». Pour lui il ne faut pas lier l'évidence : « la diversité culturelle est devenue un enjeu politique constituant un défi pour les démocraties modernes ».Même dans des périodes troubles comme celle que nous traversons, on ne peut éviter de se poser certaines questions : « comment intégrer les minorités, les musulmans d'Europe en particulier ? Comment faire pour développer notre relation avec la Méditerranée ? Où tracer les limites du projet européen ? »

 

Pour le Haut représentant des Nations Unies, la question des Musulmans est une question démographique et d'intégration. Mais entre aussi en jeu une question d'identité. En effet «  l'arrivée d'immigrants dans toute société a un impact sur la façon dont le pays d'accueil se voit lui-même ». Pour consolider sa démonstration il a posé la question pourquoi, par exemple, l'adhésion de la Turquie déclenche-t-elle des débats durs et passionnés ? « Pour faire face à l'intégration des musulmans dans nos sociétés européennes, nous avons besoin de nouvelles politiques à tous les niveaux ».Jorge Sampaio a proposé d'élaborer des statistiques culturelles et des indicateurs pour éclairer les décideurs et de développer davantage les projets d'éducation à la citoyenneté. Il existe un grand clivage dans la manière dont les musulmans et les occidentaux se voient les uns et les autres, mais les musulmans et les non musulmans sont autant concernés par les défis de la sécurité et la menace de polarisation  des tensions sociales. Pour remédier à ce problème il a proposé que soient développées « de nouvelles stratégies de gestion et de promotion du dialogue interconfessionnel dans le cadre de la diversité culturelle, fondées sur les droits de l'homme ». Jorge Sampaio suggère que les politiques soient largement sous-tendues par une approche globale, mais mise en œuvre au niveau local. « Cela signifie que l'Alliance compte beaucoup sur l'Union européenne pour concevoir une feuille de route et de bonne gouvernance de la diversité culturelle en Europe, non seulement entre les membres de l'Union européenne mais aussi avec les pays voisins, en particulier ceux de la Méditerranée » a-t-il précisé. A cet égard il s'est félicité de la mise en place d'un plan d'action sur la coopération entre l'Union européenne et l'Alliance des civilisations. Il a annoncé l'intention de l'Alliance des civilisations de collaborer au projet de l'Union pour la Méditerranée. La diversité culturelle, a-t-il dit en conclusion, doit « aller de pair avec la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales, l'égalité des chances pour tous, la solidarité économique et la cohésion sociale ».

 

Alliances de civilisations (FR) (EN)

 

C'est dans cette perspective qu'il faut placer le forum des catholiques et des musulmans qui s'est tenu à Rome du 4 au 6 novembre dernier et a abouti à une décalaration commune (EN) (FR) de la plus haute importance. Importance également, la conférence de Tunis qui invite à "reformuler le discours religieux adressé aux jeunes". La conférence internationale de Tunis consacrée notamment à la radicalisation de la jeunesse dans le monde musulman s'est achevé par un pacte parlequel les participants appellent "à reformuler le discours religieux adressé aux jeunes pour le rendre plus proche de leus attentes, idées, comportement et cultures". La conférence de trois jours à 'initiative du gouvernement tunisien et de l'Organisation islamique pour l'éducation, la science et la culture (ISESCO) vise à "protéger" les jeunes à travers des programmes éducatifs, contre les idées reçues véhiculées par les moyens de communication comme l'internet et les chaînes satelitaires."Nous devons miser sur une jeunesse qui soit imprégnée des valeurs de tolérance, de modération, armée des sciences et des technologies et attachée à son identité tout en étant ouverte sur le monde extérieur",a lancé le premier ministre tunisien , Mohamed Ghannouchi, en clôturant les assises. Dénonçant par ailleurs les tentatives visant à associer le terrorisme à l'islam, les participants préconisent la tenue d'une conférence internationale, sous l'égide des Nations Unies, pour conjuguer les efforts dans la lutte contre ce "fléau qui n'a nireligion, ni partie et établir une définition claire du terrorisme". Il est nécessaire ajoutent-ils, "de faire une distinction nette entre le terrorisme et le droit des peuples à l'autodétermination et à la défense de leurs patries contre l'occupation qui est la forme la plus ignoble de l'asservissement". La conférence internationale de Tunis a réuni les représentants de 25 organisations régionaleset internationales, des parlementaires, des experts, penseurs, chercheurs venus d'une trentaine de pays dont des européens. Informations de l'ISESCO sur le pacte sur la jeunesse (FR) (EN)

 

Dans le même contexte, signalons la venue au Parlement européen (après celle du Grand Mufti de Syrie et du Patriarche oecuménique de Constantinople, Bartholomée 1er) le 19 novembre de Sir Johathan Sacks, Grand Rabin des Congrégations hébraïques unies du Commonwealth. Même dans une société sécularisée a déclaré le président Pôttering, il importe de reconnaître le rôle positif des religions dans nos sociétés. Sir Jonathan a captivé son auditoire par un exposé brillant sur la nécessité et les vertus du dialogue au-delà des différences:"si nous étions complétement différents nous ne saurions pas communiquer, si nous étions totalement pareils, nous n'aurions rien à nous dire"! Le Dialogue est ancien il date de plus de 20000 ans et plus puisqu'il a commencé avec Adam et Eve

"l'identité est dialogue (...)le dialogue est la seule manière de vaincre le pire ange de notre nature". Il en appelle à un pacte "un pacte d'espoir" avec des droits et des responsabilité: "des droits sans responsabilités sont les prêts hypothécaires du type  subprime du monde moral". Le président Pöttering a rappelé que le grand rabin dans son livre "La dignité de la différence",écrit parés les évènements du 11 septembre, avait posé la question la plus fondamentale de notre temps: pouvons-nous vivre ensemble en paix ? Si oui, comment?

 

Communiqué de presse du Parlement européen (FR) (EN)