Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Immigration : ce que pensent américains et européens ! Quelques chiffres

pdf mise en ligne :19 11 2008 ( NEA say… n° 57 )

IMMIGRATION > Frontières extérieures

Les opinions sont variées et nuancées; elles s'inquiètent de l'immigration illégale, mais ne diabolisent pas l'immigration en général.

L'immigration est un sujet sensible sur les deux rives de l'atlantique mais les opinions américaines e t européennes ne manifestent pas d'attitudes extrêmes et plaident plutôt en faveur  en faveur de politiques migratoires ouverte et équilibrées. Tel est l'enseignement majeur qui ressort de l'enquête réalisée dans sept pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Pologne) par le German Marshall Fund of the United States.

 

Ainsi les Européens comme les Américains considèrent (à 47% et à 62%) l'immigration comme un problème, les français et néerlandais faisant exception, la percevant davantage comme une opportunité (46% et 42%)

 

Assimilée à un problème, l'immigration est évaluée comme ayant un impact positif sur les pays d'accueil, c'est ce qu'affirment dans leur grande majorité tant les américains (68%) que les européens (65%). Et bien que souvent l'immigration soit souvent associée aux questions d'insécurité, les uns et les autres ne croient guère que l'immigration augmente les risques de terrorisme. La principale inquiétude des citoyens américains et européens porte sur l'immigration illégale : 43% des européens et 45% des européens  se disent préoccupés par ce phénomène. Les européens à l'exception des français, redoutent une augmentation de la criminalité à travers les flux migratoire. Les américains et les britanniques sont, eux, davantage préoccupés par l'impact économique de l'immigration. Plus de la moitié des ces deux populations (51% et 52% respectivement) pensent que les immigrés prennent les emplois nationaux. Cependant ils pensent aussi (à 67% et à 50%) que l'immigration favorise le développement de l'emploi par la création d'entreprises. Pour limiter l'immigration illégale, les américains comme les européens estiment avant tout qu'il faut renforcer le contrôle des frontières (respectivement 83% et 80%), pénaliser les chefs d'entreprises qui emploient des clandestins (74% et 84%), et renvoyer les immigrants en situation irrégulière dans leur pays d'origine (69% et 70%) . Mais dans le même temps ils appellent à 61% et à 70% au développement des politiques favorisant l'immigration étudiante et de travail. Contrairement, souvent, aux gouvernements qui cherchent à favoriser une immigration professionnelle temporaire, les opinions publiques s'opposent à une conception purement utilitariste de l'immigration : 64% des européens et 62% des américains affirment qu'il faut donner la possibilité aux migrants en situation régulière de s'installer durablement. Une fois ces migrants admis sur leur territoire, ils plaident également en majorité en faveur de politiques d'intégration leur garantissant les mêmes droits civiques (58% en Europe, 59% aux Etats-Unis) et les mêmes avantages sociaux (73% et 58%)

 

Cette étude du German Marshall Fund (Résumé) coïncide avec la livraison d'études statistiques de l'Eurostat. En 2006, environ trois millions d'immigrants étrangers se sont installés dans un pays de l'UE27. Ces immigrants peuvent être divisés en deux groupes : les citoyens d'Etats membres de l'UE27 (1,2 millions de personnes, soit 40%) et le citoyens des pays tiers (1,8 millions) (FR) (EN)

 

Recent migration trends: citizens of eu-27 Member States become ever more mobile while EU remains attractive to non - EU citizens.