Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Le Conseil de l’Europe montre du doigt la politique carcérale belge

pdf mise en ligne :21 12 2008 ( NEA say… n° 58 )

IMMIGRATION > Système d'information Schengen

Thomas Hammarberg dénonce plus particulièrement l’enfermement des mineurs et l’état de surpopulation qui s’aggrave avec le temps, créant une situation intolérable pour les détenus et le personnel pénitentiaire. Après la France, c’est au tour de la Belgique d’être fustigée.

Après la France, après avoir été épinglée par l’Observatoire des prisons (OIP), puis le Comité contre la torture des Nations Unies, c’est au tour de la politique carcérale belge d’être dans la ligne de mire du commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Thomas Hammarberg, l’ancien secrétaire général de Amnesty international.

Après une visite d’évaluation de quatre jours au cours de laquelle il a visité plusieurs prisons et centres fermés pour demandeurs d’asile il a qualifié la «situation « d’intolérable » : détenus entassés dans des cellules trop exiguës, prisonniers privés de promenades et préaux nécessaires Il vise la politique menée au cours de ces cinq dernières années par différents ministres d’obédience politique différente. Le dernier ministre en fonction, Jo Vanderneuzen, entendait créer d’ici 2012 1 500 places supplémentaires, via deux nouveaux établissements, des rénovations et des extensions. Le commissaire aux droits de l’homme n’y voit pas une solution en raisons de l’urgence du problème qui « compromet l’objectif de réintégration des prisonniers dans la société ».Le commissaire dénonce aussi la détention des demandeurs d’asile, y compris des enfants, dans l’attente du traitement de leur dossier. Enfin Thomas Hammarberg conteste l’augmentation annoncée des places en « centres fermés » pour mineurs délinquants. Il regrette l’enfermement de mineurs condamnés dans des sections réservées aux adultes.

Le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe a annoncé que son rapport sera publié au printemps 2009.