Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Lutte contre la corruption et le crime organisé: la Commission européenne épingle la Roumanie et la Bulgarie, jugeant insuffisantes leurs réformes judiciaires.

pdf mise en ligne :13 02 2009 ( NEA say… n° 63 )

COOPERATION POLICIERE > Eurojust

Dans un rapport d'étape, la Commission estime que le rythme des avancées roumaines dans ces domaines "n'a pas été maintenu" au cours des derniers mois, citant notamment d'importants cas de corruption.

    
"La Roumanie doit démontrer l'existence d'une justice stable, qui fonctionne de manière autonome, et capable de juger et sanctionner la corruption, et de faire respecter l'Etat de droit", indique la Commission dans ce rapport.

Selon Bruxelles, la Roumanie et la Bulgarie, qui ont rejoint l'Union européenne en 2007, n'ont, jusqu'à aujourd'hui, pas tenu leurs engagements à réformer leurs systèmes judiciaires afin qu'ils soient conformes aux normes de l'UE. Ces deux pays risquent une réduction des aides fournies par Bruxelles, qui craint que ces fonds ne soient pas dépensés à bon escient.

Le rapport d'étape est moins sévère pour la Bulgarie, dont l'UE salue les "premières étapes" dans la mise en place des réformes visant notamment à restructurer ses ministères de la Justice et de l'Intérieur.

L'année dernière, l'UE avait gelé environ 500 millions d'euros d'aide à Sofia en raison, selon elle, d'une corruption rampante, de la persistance du crime organisé, et de graves irrégularités dans les dépenses publiques.