Une information citoyenne au service d'une identité européenne
Réactions, commentaires et débats avec des invités

Glossaire interactif des termes de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice
Observatoire législatif de l’Espace européen de liberté, de sécurité et de justice
Veille juridique et documentaire axée sur la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Actualités des grands projets de l'Union européenne
Dossiers documentaires thématiques
Actualités sur le rôle de l'Union européenne dans le monde
Une information citoyenne au service d'une identité européenne

Les enfants de migrants devant le Parlement européen : en jeu leur soutien scolaire, mais pas seulement !

pdf mise en ligne :09 03 2009 ( NEA say… n° 63 )

COOPERATION JUDICIAIRE CIVILE > Reconnaissance mutuelle

Les députés réclament un meilleur soutien scolaire pour les enfants de migrants. Des enseignants polyglottes spécialement formés et des fonds supplémentaires sont nécessaires pour faciliter l'intégration dans les écoles de l'UE des enfants de migrants en nombre sans cesse croissant, ont estimé les députés de la commission de la culture du PE le 7 mars dernier. Des crédits supplémentaires pour les cours de langue destinés aux migrants et à leurs enfants, des professeurs et d'autres personnes comprenant la langue maternelle des enfants, et du personnel et des infrastructures supplémentaires pour les écoles comptant une forte proportion d'enfants immigrés: telles sont les demandes faites par les députés dans deux projets de résolution pour la plénière adoptés par la commission parlementaire.

Quelle(s) langue(s) ? Langue maternelle et langue du pays d'accueil

 

Les États membres doivent promouvoir les langues et cultures des pays d'origine des enfants d'immigrés dans leur éducation scolaire, affirme le rapport (FR) (EN)de Hannu Takkula (ADLE, FI) sur "l'éducation des enfants des migrants". Cela facilitera l'intégration des enfants dans leur nouvel environnement, soulignent les députés. Pourtant, la référence à l'enseignement "bilingue" faite dans ce rapport a suscité une controverse, certains députés redoutant que cela revienne à enseigner une seule langue du pays d'accueil. Des pays ayant plus d'une langue officielle ont fait état de leurs préoccupations et le compromis trouvé au final prévoit que les enseignants doivent être préparés aux "approches relatives à l'éducation multilingue" et que les enfants doivent apprendre toutes les langues de leur pays de résidence, à la demande de la députée catalane Maria Badia i Cutchet (PSE). Toutefois, "la place dans le programme des cours de l'enseignement de la langue maternelle doit être explicitement laissée à la discrétion des États membres", ont aussi convenu les députés.

 

Quels  modèles à suivre pour tous les élèves ?

 

Dans un autre rapport adopté ce jeudi en commission de la culture, les députés affirment que "la composition du personnel enseignant devrait refléter, dans la mesure du possible, la diversité croissante des sociétés européennes, et ce afin d'offrir des modèles à suivre à tous les élèves". Selon le rapport de Pal Schmitt (PPE-DE, HU) (FR) (EN) intitulé "Améliorer les écoles: un programme de coopération européenne", les États membres devraient prendre des mesures pour que les enfants de migrants légaux reçoivent un enseignement de leur langue maternelle.

 

!Des cours de langues aussi pour les parents migrants !

 

Pour les députés, les écoles devraient offrir aux parents, et tout particulièrement aux mères, des enfants immigrés des cours de langue du pays d'accueil. A cet effet, le rapport de M. Takkula demande qu'une assistance administrative et financière supplémentaire soit fournie aux écoles pour organiser ces cours.

 

Epineux problème des Ecoles confessionnelles

 

Quatre députés (deux Verts, un socialiste et un ADLE) se sont abstenus lors du vote du rapport de M. Schmitt pour protester contre un amendement qui souligne le rôle crucial joué par les écoles confessionnelles, "qui inculquent des valeurs morales fortes", et recommande d'accorder un soutien financier à tous les types d'écoles, "indépendamment de leur philosophie éducative".

 

L'éducation, clef de la reprise économique

 

Selon le rapport de M. Schmitt, l'éduction et la formation ont un rôle-clef à jouer si l'on veut créer les conditions permettant de surmonter l'actuelle crise économique et favoriser le développement d'une solide économie basée sur la connaissance.Les députés conviennent que la libre-circulation du savoir constitue l'instrument idéal de la reprise économique et invitent les États membres à veiller à ce que les programmes de leurs écoles soient étroitement liés à l'industrie, aux entreprises et au marché du travail. Découvrir les Talents cachés, une obligation. L'immigration en provenance de l'extérieur de l'UE a connu une croissance régulière durant ces dernières décennies et il devrait continuer à en être ainsi, ce qui se traduira par un nombre toujours plus élevé d'enfants de migrants dans les écoles. Ces enfants sont souvent mal préparés pour réussir en raison de leur passé socio-économique de précarité. Si l'on n'intensifie pas les efforts pour aider les enfants de migrants à bien s'en tirer à l'école, l'UE gaspillera un formidable réservoir de talents pour l'avenir, fait valoir M. Takkula dans son rapport.

 

 

Le rapport de M. Takkula a été adopté à l'unanimité. Le rapport de M. Schmitt a été adopté à l'unanimité moins quatre abstentions.Le Parlement adoptera les deux rapports durant sa mini-session plénière de Bruxelles le 2 avril.